Securité

Soudan du Sud: nouvelle vague de meurtres ethniques

Soudan du Sud: nouvelle vague de meurtres ethniques

Les soldats du gouvernement et les milices alliés ont délibérément tué au moins 16 civils dans la ville occidentale de Wau le 10 avril dernier, a révélé Human Rights Watch vendredi.

 

 

Ce qui semble être un acte de punition collective, selon l'organisation.

Selon l'Observatoire des droits humains, les attaques étaient dirigées contre des personnes soupçonnées de soutenir l'opposition en raison de leur appartenance ethnique.

"Le modèle des abus commis par les forces gouvernementales contre les civils à Wau est devenue prévisible, les soldats se vengeant contre les civils non armés en fonction de leur appartenance ethnique", a déclaré Daniel Bekele, directeur principal du plaidoyer pour l'Afrique à Human Rights Watch.

"Les autorités du Soudan du Sud doivent mettre un terme aux meurtres, enquêter et traduire les responsables en justice", poursuit-il.

Les meurtres sont survenus après plusieurs semaines de tensions dans la région.

Le gouvernement du Soudan du Sud a mené une opération de contre-insurrection abusive depuis la fin de 2015.

L'organisation estime que le Conseil de sécurité de l'ONU devrait condamner ces crimes et révéler les mesures qu'elle entend prendre pour dissuader d'autres meurtres.

Représailles et vengeance

Les hostilités ont éclaté le 8 avril, à l'extérieur de Wau, lorsque les forces gouvernementales ont ouvert une offensive sur les zones contrôlées par l'opposition.

La riposte de l'opposition avait causé la mort de deux hauts fonctionnaires du gouvernement, y compris un membre éminent de la tribu Dinka de la région voisine des Lacs.

En guise de représailles, le 10 avril, les soldats du gouvernement et les milices Dinka sont allés d'une maison à l'autre dans les quartiers de Fertit et Luo, au sud-ouest de Wau, tuant au moins 16 civils.

 

 

Commentaires