Securité

Mutinerie / Des soldats ivoiriens arrêtés pour vol et meurtre

Mutinerie /  Des soldats ivoiriens arrêtés pour vol et meurtre

Ce sont les premières inculpations de soldats ivoiriens pour des fautes commises pendant la mutinerie qui a secoué le pays début janvier. Cinq d’entre eux viennent d’être accusé par la justice militaire ivoirienne de vol et crime a indiqué mardi le procureur militaire Ange Kessy au cours d’un communiqué

 

Cinq personnes ont été interpellées et sont en attente de jugement dans le cadre des enquêtes ouvertes par le tribunal militaire dans la foulée des mutineries de janvier 2017, a-t-on appris mardi 27 juin auprès du commissaire du gouvernement (procureur militaire). Parmi les cinq personnes interpellées, deux gendarmes l’ont été pour vol de véhicules, trois autres pour homicide, a précisé le procureur militaire, qui ne peut ouvrir des enquêtes qu’en cas de plainte.

« Les enquêtes se poursuivent »

Les investigations sont en revanche toujours en cours concernant les mutineries du mois de mai, a affirmé le commissaire du gouvernement. Après un premier mouvement en janvier, les mutins étaient de nouveau sortis des casernes en mai pour réclamer le paiement du reliquat des 12 millions de francs CFA (un peu plus de 18 000 euros) de primes promises, selon leurs témoignages.

Début 2017, ces affrontements avaient fait quatre morts à Yamoussoukro, la capitale politique du pays. Quatre mois plus tard, leur deuxième mouvement d’humeur avait provoqué la mort de quatre autres personnes, dont un démobilisé tué à Bouaké après avoir été visé par des tirs de soldats mutins, selon un bilan fourni le 17 mai par le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné.

 

                                            & jeune afrique

 

Commentaires