Securité

Mali: trois casques bleus tués dans une attaque à Kidal

Mali: trois casques bleus tués dans une attaque à Kidal

Selon la Mission des Nations unies au Mali, la Minusma, trois de ses casques bleus ont été tués jeudi soir 8 juin, dans le nord-est du pays, lors d'une attaque combinée. Il y a également huit blessés. Les troupes de l’ONU ont été prises pour cible à l'intérieur, mais aussi aux abords de sa base à Kidal.

Des obus de mortier, puis des roquettes, une vingtaine en tout, s'abattent avec un énorme fracas sur le camp de la Minusma à Kidal. Des barraquements s'embrasent, des installations de communication sont détruites et plusieurs personnels civils et militaires sont légèrement blessés.

Comme à chaque fois, les casques bleus déploient alors une force de réaction rapide pour se lancer à la poursuite des assaillants, qui prennent souvent la fuite. Pas cette fois. Une second attaque survient peu de temps après la première contre une récente position avancée tenue par des soldats de la paix. Les assaillants ouvrent le feu, plusieurs militaires sont tués, d'autres blessés. Le général Jean-Paul Deconinck, qui commande les casques bleus au Mali, évoque des attaques coordonnées et synchronisées.

Ce n'est pas la première fois qu'un événement de ce genre se produit. Les jihadistes étudient les modes opératoires de l'ONU, mais aussi ceux des forces françaises, et adaptent leurs modes d'action en conséquence.

Dans la revendication diffusée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, les terroristes affirment également avoir ravi du matériel à l'ONU. Cette attaque intervient un mois après une action similaire, mais moins élaborée, visant la Minusma cette fois-ci à Tombouctou. Le 3 mai, la base de la force onusienne avait été la cible de tirs à l’arme lourde.

Commentaires