Securité

La police kenyane offre une prime de plus de 87 millions FCFA pour des terroristes suspects

La police kenyane offre une prime de plus de 87 millions FCFA pour des terroristes suspects

Les autorités kenyanes ont offert mardi une prime de 160.000 dollars, soit 87,3 millions FCFA, pour des informations susceptibles de conduire à l'arrestation de huit terroristes suspects qui devraient opérer dans le pays.

La police a déclaré que ces huit personnes avec une prime de 10,9 millions FCFA chacune veulent former leur propre groupe dans la vaste forêt de Boni du comté de Lamu en utilisant les ressources d'Al-Shebab.

Ces militants utilisent la forêt de Boni comme cachette pour recruter et former des militants.

Selon le rapport policier, le chef de l'aile kenyane d'Al-Shebab, Ahmed Iman Ali, alias Abu Zinira, et sept autres combattants kenyans, envisagent une défection du groupe après avoir été mécontenté et de peur d'exécution.

Le rapport de 21 pages révèle la motivation de M. Iman à quitter le groupe, ses activités depuis qu'il a rejoint la milice et ses réseaux au Kenya.

"L'objectif du groupe local est de pénétrer dans le pays, en particulier les régions nord-est et côtières, et de d'étendre son influence", indique le rapport.

La police a déclaré que le plan de M. Iman de quitter Al-Shebab est susceptible de démoraliser les combattants étrangers, y compris ceux venant de Tanzanie, de l'Ouganda, d'Egypte et de Libye.

"Il y a des craintes que sa sortie aggravera la tension déjà existante entre les combattants somaliens locaux et les combattants étrangers", a expliqué le rapport.

Le rapport note que la maîtrise de l'éducation religieuse et laïque, de compétences oratoires, ainsi que son charisme ont fait l'aimer à de nombreux combattants étrangers.

Le rapport révèle que M. Iman avait proposé deux conditions pour sa reddition : que les membres de sa famille ne soient pas poursuivis et qu'il ne serait pas remis au gouvernement somalien ou à d'autres pays qui voudraient le poursuivre en justice.

Le rapport indique qu'Al-Shebab est actuellement confronté à un exode massif alors que les combattants se battent pour accepter l'offre d'amnistie du président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed dans le contexte de fortes offensives menées contre eux par l'AMISOM, les forces spéciales des États-Unis et l'armée nationale de Somalie.

 

Xinhua

Commentaires