Securité

Insécurité/Angonda dans la psychose après une série d’attaques à l’arme de guerre

Insécurité/Angonda dans la psychose après une série d’attaques à l’arme de guerre

Les 10 et 11 mai derniers, armes de guerre aux poings, des individus ont semé la panique à Angonda (dans la sous-préfecture de Toumodi). Dans leur folle expédition, ils ont même fait un otage et de nombreuses victimes avant d’être appréhendés alors qu’ils progressaient vers Dimbokro. 

 

 

Il est 10h ce mercredi 10 mai  quand des tirs nourris de kalachnikovs et autres armes de guerre retentissent dans la forêt à l’entrée de la ville. Dans les champs et plantations, c’est la débandade. Personne ne veut  croiser les auteurs de ces détonations. Chacun tente de regagner sa demeure.

A l’origine des coups de feu, cinq malfrats, tous armés de fusils d’assaut. Arrivés la veille, ils ont vraisemblablement pris leurs quartiers dans un campement environnant. Sur place, ils font un otage, le sieur Beugré Kouadio Pierre (qui sera leur guide) et se servent joyeusement dans sa ferme.

Informés, des gendarmes de l’Escadron de Yamoussoukro sont automatiquement dépêchés sur les lieux. Ils se lancent en vain à la recherche des indélicats et de leur otage. Le jeudi 11 mai au matin, la population décide de prendre le relai. Plusieurs centaines de jeunes investissent la forêt, par groupes, à la recherche de Beugré Pierre. Des jeunes bien trop doués, de toute évidence, retrouvent la trace des bandits,  mais sont obligés de rebrousser chemin à la hâte. Les hommes en armes, positionnés dans des collines, les prennent pour cible.

Libres de tout marquage, les gangsters poursuivent leur chemin dépouillant tous ceux qui ont le malheur de croiser leur chemin. Ils feront  une dizaine de victimes avant de se faire prendre sur l’axe Toumodi-Dimbokro.

 

 

Commentaires