Securité

FACI/ Visés par la traque des soldats non ivoiriens présumés : voici la réaction des 8400 ex-rebelles

FACI/ Visés par la traque des soldats non ivoiriens présumés : voici la réaction des 8400 ex-rebelles

Ces derniers jours, c’est la chasse aux faussaires au sein des Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI). Selon Jeune Afrique, cette traque va être plus axée sur les soldats issus des 8400 qui se sont mutinés en début d’année 2017. Les soldats ex-rebelles de Bouaké se sentant visés n’ont pas tardé à apporter une réponse.

 

Selon jeune Afrique, c’est une enquête tenue secrète avait révélé l’existence de fraudes sur des documents administratifs, pratiquées par des soldats non ivoiriens. Face à cette situation, un certificat de nationalité ivoirienne, portant la seule signature du président du tribunal de la localité, sera désormais exigé. Ce, pour prouver sa nationalité Ivoirienne.

« A ma connaissance, il n'y a aucune identification en cours en ce moment. En ma qualité d'officier supérieur, il ne peut pas se passer une telle opération dans les casernes sans que je ne sois informé, ce n'est pas possible. De façon officielle, je peux vous garantir que c'est le calme plat dans toutes les casernes à Bouaké. Il n’y a aucun souci. S'il y avait cette identification dont vous parlez, j'en serai le premier à être informé », a déclaré un officier supérieur de l’armée à nos confrères de Soir Info.

Commentaires