Securité

Dimbokro : la prison en « danger »

Dimbokro : la prison en « danger »

Anciennement surnommée « Guantanamo » en raison de la haute sécurité qui y régnait, la Maison d’arrêt et de correction de Dimbokro (MACDI) n’est plus que l’ombre d’elle-même.

 

 

« Lorsque vous arrivez ici même si vous étiez un grand bandit, vous deveniez docile », se vantait il y a un an, un travailleur de la MACDI. Une époque qui semble déjà bien loin.

L’établissement pénitentiaire, qui abrite des bandits de grand chemin et des criminels de haut rang, ne dispose même plus de matériels de protection et de sécurisation adaptés. La récente évasion de prisonniers, qui n’est d’ailleurs pas la première, est un vibrant témoignage.

Pour se défendre et maîtriser les bagnards en furie, les agents d’encadrement n’avaient que leur courage et des moyens rudimentaires (quelques vieux fusils, des bâtons et des armes blanches). Des moyens dérisoires face à des détenus de gros calibre, condamnés à des peines lourdes (de 15 à 20 ans), preuves de la gravité des infractions qui les ont conduits en ce lieu.

Plus tôt, en mai 2014, ce sont deux dangereux criminels qui s’évadaient de la MACDI au moyen d’une corde qu’ils auraient utilisée pour escalader la clôture. Une évasion rendue possible en raison de complicités internes. Des agents d’encadrements corrompus. Selon des sources qui requièrent l’anonymat, la division règne au sein même des rangs des gardes pénitentiaires. Ils fonctionneraient par clans rivaux.

« A cause de cela, la prison est devenue un lieu de corruption, une véritable passoire où tous les objets prohibés, notamment la drogue, l’alcool, la cigarette, les téléphones portables font leur entrée moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes », dénoncent les mêmes sources.

Des problèmes qui doivent rapidement trouver solution, tant pour la quiétude des populations que pour des questions de sécurité nationale. N’oublions pas que le chef de guerre Amadé Ouedraogo Rémi dit Amadé Ouerémi est l’un des pensionnaires de la MACDI...

 

 

Commentaires