Securité

Côte d’Ivoire/ Vers la mise en œuvre d’un plan national intégré de lutte contre la drogue

Côte d’Ivoire/ Vers la mise en œuvre d’un plan national intégré de lutte contre la drogue

Le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, Sidiki Diakité a annoncé lundi, à Abidjan, l’élaboration et la mise en œuvre avant la fin de l’année, d’un plan national intégré (PNI) visant à luter davantage contre le phénomène de la drogue.  

 

Il a fait cette annonce, à l’occasion de la commémoration, à Abidjan, de la 31ème édition de la journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues sur le thème, « Ecouter les enfants et les jeunes est la première étape afin de les aider à s’épanouir ».

 

Sidiki Diakité, par ailleurs président du comité interministériel de lutte anti drogue (CILAD), a déploré la propension de la drogue à asservir la jeunesse africaine, principalement celle de la Côte d‘Ivoire. « Malheureusement, le fruit de la drogue profite à beaucoup de personnes », a-t-il indiqué.

 

Il a salué le dynamisme des forces de répression de ce fléau sur le territoire ivoirien, notamment la gendarmerie, la police nationale, les douanes, les forces armées de Côte d’Ivoire. « C’est un domaine à forte tentation devant les saisies, les propositions de très fortes sommes d’argent. Respect à tous ceux qui réussissent à nous débarrasser de ce fléau », a assuré Sidiki Diakité.

 

Pour le ministre, l’implication des familles doit être de mise pour arriver à bout de ce fléau, « en mettant un accent particulier sur l’encadrement de nos enfants », estimant que, « c’est une lutte que seul, le gouvernement ne peut gagner ».

 

Le secrétaire général du CILAD, le général Kourouma, a expliqué que la Côte d’Ivoire est devenue une zone de transit de drogue à cause de sa position géographique. Il a indiqué qu’en 2016, la douane ivoirienne a saisie plus de 30 kilogrammes de drogue en provenance du Brésil et en partance pour le Burkina Faso et huit tonnes de cocaïne en direction de la Côte d’Ivoire ont été saisies en Bolivie.

 

Le général a expliqué que de plus en plus, le phénomène de la drogue gangrène les établissements scolaires en Côte d’Ivoire, principalement dans la commune de Cocody. « En 2017, sur 16 établissements épinglés pour  cause de drogue,  12 sont implantés à Cocody », a affirmé M. Kourouma.

 

« La Côte d’Ivoire est devenue une zone d’abus et de trafic illicite de drogue », a déploré le secrétaire général du CILAD, assurant toutefois que des efforts sont fournis par le pays, notamment la création d’un cadre juridique, institutionnel, une coopération internationale, (..), pour venir à bout de ce fléau qui a des répercussions néfastes au plan sanitaire, économique, sociale, (…).

Commentaires