Securité

Côte d’Ivoire/ Les gardes pénitentiaires renforcent leurs capacités sur le Droit à Daloa

Côte d’Ivoire/ Les gardes pénitentiaires renforcent leurs capacités sur le Droit à Daloa

Au total 66 gardes pénitentiaires issus de 13 établissements de Côte d’Ivoire ont participé mardi à Daloa, à un atelier de renforcement des capacités sur les droits de l’homme, pour un meilleur exercice de leur métier.  

 

Cet atelier de formation qui se déroule à l’hôtel Pacific est une initiative du Conseil national de la sécurité (CNS), avec le soutien financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

 

Selon le secrétaire exécutif de la Commission nationale des droits de l’homme en Côte d’Ivoire (CNDH-CI), René Okou Légré, cet atelier est initié à l’issue de visites de prison, d’observation sur le terrain, de mouvements d’humeur. Ainsi, a-t-il poursuivi, l’opinion publique a fait ressortir une insuffisance de formation.

 

L’objectif de cette formation est de renforcer les compétences des agents pénitentiaires sur les questions des droits de l’homme et de leur application en milieu carcéral, de renforcer également les connaissances de base des agents en matière des droits humains.

 

Il s’agit aussi de permettre aux agents de partager leurs expériences et d’obtenir des réponses à leurs préoccupations, de les sensibiliser sur les reproches faits par les populations et de leur inculquer les règles de discipline et la déontologie.

 

Les modules portent sur les généralités des droits de l’homme, les droits des détenus, les droits des femmes et enfants détenus, la question de l’éthique, de la déontologie de la fonction des gardes pénitentiaires et de la discipline.

 

Pour le conseiller technique au secrétariat du CNS, Germain Yao, il s’agit de rehausser les compétences des gardes pénitentiaires et leur image.

 

Les droits de l’homme sont un ensemble de droits reconnus à tous, sans considération d’âge, de religion, de sexe, de région. Entre autres, le droit à la vie, le droit à une alimentation équilibré, le droit à l’éducation, à la santé et au droit collectif.

Commentaires