Securité

Burundi: l'ONU dénonce des «crimes contre l'humanité» et en appelle à la CPI

Burundi: l'ONU dénonce des «crimes contre l'humanité» et en appelle à la CPI

Des enquêteurs de l'ONU exhortent la Cour pénale internationale à enquêter de toute urgence sur les crimes contre l'humanité et autres atrocités au Burundi. Le président de la Commission d'enquête de l'ONU sur le Burundi, Fatsah Ouguergouz, parle d'une attaques « généralisée ou systématique » contre la population civile, et blâme « une politique de l'Etat burundais ».

 

 

Les enquêteurs de l’ONU ne mâchent pas leurs mots.

Ils attribuent la responsabilité des violations des droits de l’homme, « souvent d’une cruauté extrême », à des responsables au plus haut niveau de l'Etat.

Dans un rapport, ils soulignent que les « grandes décisions » seraient prises, non pas par le gouvernement, mais par le président de la République et une poignée de « généraux ».

La Commission d’enquête sur le Burundi se garde de les nommer, du moins pour l’instant.

Elle assure que ces responsables font souvent appel à des policiers, des militaires, des miliciens et des membres du service national de renseignement. « Plusieurs de ces violations (...) constituent des crimes contre l'humanité », pointe le rapport.

Comme il s'agit de présumés crimes contre l'humanité, les enquêteurs demandent à la Cour pénale internationale d'intervenir.

Mais il y a un hic: le Burundi a déjà annoncé son retrait de la CPI, qui sera effectif le 27 octobre. La Cour de La Haye a donc moins de deux mois pour ouvrir une enquête de son propre chef. Passée cette date, il faudrait une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

Un porte-parole du président du Burundi accuse les enquêteurs de l'ONU de se comporter « comme des mercenaires ». Selon Willy Nyamitwe, un conseiller du président Pierre Nkurunziza, ils ont été « payés pour arriver à des conclusions politiquement motivées ».

 

 

Commentaires