Securité

Burkina Faso: une attaque contre un poste de police repoussée dans le nord-ouest à la frontière malienne

Burkina Faso: une attaque contre un poste de police repoussée dans le nord-ouest à la frontière malienne

Une attaque perpétrée dans la nuit de lundi à mardi, par des individus armés non identifiés contre le poste de Madouba dans le nord-ouest du Burkina Faso, à la frontière malienne, a été repoussée par les forces de défense et de sécurité, a annoncé mardi la police burkinabè.

Dans un communiqué publié mardi, la police a expliqué que dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2018, le poste de la police frontière, à la frontière avec le Mali, a subi les tirs nourris d'assaillants.

La riposte opposée par la police appuyée par les éléments des forces de défense et de sécurité de la région a "mis en déroute les assaillants, lesquels ont pris la fuite en direction du Mali", souligne le communiqué.

La même source rassure qu'il n'y a pas eu de perte en vie humaine, mais des dégâts matériels ont été notés.

Le Burkina Faso qui était longtemps épargné par les attaques terroristes, est tombé depuis 2015 dans un cycle d'attaques au Nord, au Centre et à l'Est du pays. Depuis cette date, le pays a enregistré plus de 80 attaques qui ont coûté la vie à plus de 130 personnes selon les estimations.

Selon les experts du G5 Sahel, le Burkina Faso a enregistré 16 cas de violence liés à l'extrémisme durant le seul mois de mars dernier.

Plus de 20.000 enfants se retrouvent dans la rue notamment dans le nord du pays, à cause des attaques terroristes, tandis que les magistrats ont déserté le Tribunal de Grande instance de Djibo, capitale régionale du Sahel burkinabè.

Vendredi dernier, l'armée a affirmé que des opérations de bouclage menées par les unités déployées au Nord et à l'Est du pays ont permis de saisir du matériel et d'interpeller une centaine de "suspects".

Commentaires