Securité

Attentats à Téhéran: huit personnes exécutées par l'Iran

Attentats à Téhéran: huit personnes exécutées par l'Iran

Les autorités iraniennes indiquent que d'autres suspects sont également poursuivis par la justice.   

ont également poursuivis par la justice. 

Le 7 juin 2017, six personnes affiliées au groupe terroriste Etat Islamiste menaient deux attaques simultanées à Téhéran en Iran, qui ont coûté la mort de 17 civils et fait 52 blessés. Les cibles étaient le Parlement iranien ainsi que le mausolée de l’ayatollah Khomeini et l’attentat avait été revendiqué quelques jours plus tard.

Plus d’un an plus tard, une source officielle iranienne a confirmé l’exécution de huit complices des auteurs de cette double attaque. "La peine de mort prononcée contre 8 membres du groupe salafiste takfiri Daech liés (à ces attentats) a été appliquée en tenant compte des règles religieuses et légales", a écrit l'agence Mizan Online, qui dépend du pouvoir judiciaire, sans préciser la date ni le lieu de ces exécutions. Selon une autre agence, Tasnim, la sentence a été appliquée ce samedi.

Le terme "takfiri" est utilisé par les autorités iraniennes pour désigner les jihadistes sunnites. Il dérive du mot arabe "takfir" (anathème), accusation utilisée par ces extrémistes comme justification de la violence contre ceux qu'ils estiment être des impies.

 

D'autres suspects poursuivis

 

"Ces huit individus", tous des hommes iraniens, "ont coopéré directement avec les principaux agents (de l'EI) ayant tué et blessé d'innocents citoyens" le 7 juin 2017, "les ont soutenus financièrement et leur ont procuré des armes alors qu'ils étaient au courant du but et des intentions du groupe terroriste", a ajouté Mizan Online.

Avant les attentats, l'EI avait menacé de commettre des attaques sur le sol iranien en représailles au soutien militaire et logistique apporté par Téhéran aux autorités de Damas et de Bagdad contre les groupes jihadistes en Syrie et en Irak, en particulier l'EI.

Le verdict contre les huit personnes exécutées avait été annoncé en mai. À l'ouverture de leur procès, Mizan Online avait indiqué en avril que 26 personnes au total étaient accusées dans ce dossier. L'agence précise samedi que les poursuites continuent pour les autres prévenus.

Commentaires