Securité

Attaques de commissariats et brigades de gendarmeries : Les aveux d’un “pro-Gbagbo’’ (Vidéo)

Attaques de commissariats et brigades de gendarmeries : Les aveux d’un “pro-Gbagbo’’ (Vidéo)

Téhé Marc dit « Marco », membre de la garde rapprochée d’Aboudrahamane Sangaré, le chef de file de la branche radicale du Front populaire ivoirien (FPI) est passé aux aveux, relativement aux récentes attaques des positions des forces de l’ordre.

 

 

L’homme qui a disparu dans la nuit du 6 septembre 2017 à Yopougon à gauche-Centre social, emporté par des hommes encagoulés et armés sous les yeux de sa femme enceinte et de ses quatre enfants, a finalement réapparu, au journal télévisé de 20 heures, hier.

Selon toute vraisemblance, il a été conduit auprès des forces de l’ordre, dans le cadre des enquêtes relatives aux récentes attaques contre les commissariats de police et les brigades de gendarmerie à travers le pays. Et « Marco » semble en savoir beaucoup. Un extrait de son audition.

Présenté comme un milicien par les autorités ivoiriennes, Téhé Marc a déjà connu la prison. Arrêté en 2012 à son retour d’exil, suite à la crise postélectorale de 2011, il sera relâché trois (3) ans plus tard, à l’issue du procès en assises de l’ex-Première Dame ivoirienne, Simone Ehivet Gbagbo. La justice l’a déclaré non coupable comme 17 autres de ses co-accusés. Douze (12) d’entre eux se retrouvent eux aussi cités parmi les présumés meneurs des attaques de Bingerville, Cocody, Azaguié, Fresco, N’Dotré, Adzopé et Songon.

 

 

Commentaires