Santé

Togo : près de 60.000 personnes vivant avec le VIH sous traitement ARV fin 2017 (officiel)

Togo : près de 60.000 personnes vivant avec le VIH sous traitement ARV fin 2017 (officiel)

On a recensé fin 2017 au Togo 59.752 personnes vivant avec les VIH (PVVIH) sous traitement antirétroviral (ARV), soit un taux thérapeutique de 57%, a annoncé jeudi Vincent Pitché, coordinateur du secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (SP/CNLS-IST), lors de la revue annuelle des activités de lutte contre le SIDA qui se tient à Lomé jeudi et vendredi.

Il a relevé que cette revue permet au SP/CNLS-IST de faire le bilan des activités après deux années de mise en œuvre du Plan stratégique national (PSN) 2016-2020 et surtout d'apprécier la mise en œuvre de leurs interventions dans la perspective des objectifs 90-90-90 (90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement antirétroviral durable et 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale supprimée) de l'ONUSIDA en 2020.

Le Pr Pitché a souligné que le niveau d'atteinte du deuxième 90% (90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement antirétroviral durable) est de 63%, précisant qu'il y a encore un écart important à combler pour l'atteinte de cet objectif dans deux ans.

''Mais l'accès de l'offre de service à la charge virale est encore notre grand talon d'Achille. En effet, seulement 14% des PVVIH sous ARV y ont accès en 2017 et ce problème mérite qu'on y apporte une attention particulière en 2018 et 2019 pour améliorer la qualité de soins, notamment dans la perspective d'atteinte du troisième 90%'', a poursuivi le coordinateur.

Il a indiqué que le Togo dépensait en moyenne chaque année depuis cinq ans environ 10 milliards de francs CFA (17,6 millions de dollars).

''L'augmentation des financements disponibles a été significative cette année avec plus de 19 milliards de FCFA contre 14 milliards en 2016, avec une amélioration notable du taux de consommation de ressources, même s'il persiste encore quelques goulots d'étranglement pour être plus performant'', a conclu Vincent Pitché.

Commentaires