Santé

Sida : entre 1 666 et 4 000 personnes contaminées par le virus auraient pu être traitées préventivement

Sida : entre 1 666 et 4 000 personnes contaminées par le virus auraient pu être traitées préventivement

Ces personnes auraient pu être traitées préventivement contre le VIH grâce à un nouveau médicament, le Truvada, si l’Agence du médicament avait autorisé sa mise sur le marché.  

 

D'après un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) daté de juin 2018, entre 1 666 et 4 000 personnes auraient pu être traitées préventivement contre le VIH grâce à un nouveau médicament, le Truvada, si l’Agence du médicament avait autorisé sa mise sur le marché, rapporte lundi 9 juillet France Inter. Le Truvada est un médicament qui prévient la contamination d'une personne séronégative lors de rapports sexuels à risques.

Un médicament jugé peu convaincant

Dans les conclusions de son rapport, l'Igas parle de "lenteur frappante, dans le cas de l'infection par le VIH, de la réappropriation de ce concept par la communauté scientifique et médicale." Toujours selon le rapport, l'Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) - qui a permis l'utilisation du Truvada en 2016, faisant de la France le premier pays européen à autoriser ce médicament - a été saisie dès 2013 par l'association Aides. L'association de lutte contre le VIH réclamait alors l'utilisation du Truvada. Mais l'Agence, peu habituée à examiner une demande d'accès précoce pour la prévention, n'a pas réagi immédiatement. Pendant un an, la demande est restée lettre morte avant qu'une commission ne soit nommée.

 

Bruno Spire était, à l'époque, président d'Aides. Il confie à France Inter avoir eu du mal à faire accélérer le processus : "Peu de personnes étaient convaincues par l'intérêt de cette nouvelle approche de traitement pré-exposition pour laquelle on avait déjà des données qui étaient favorables. La demande que l'on a faite d'accès précoce à cette molécule en prévention a traîné, il y a eu des lenteurs." Selon lui, l'administration et de nombreux membres du corps médical "ont une responsabilité dans le fait que des personnes ont été contaminées pendant cette période alors qu'elles auraient pu bénéficier d'un accès précoce comme cela a été le cas aux Etats-Unis."

 

7000 personne en France utilisent le Truvada

Concernant le nombre de personnes contaminées alors qu'elles auraient pu être traitées préventivement, le rapport se base sur des chiffres utilisés par la Direction générale de la santé (DGS) : "Il convient de souligner que le nombre de contaminations évitées serait potentiellement de 1 000 à 2 400 par an." Plus loin, on peut lire : "En retenant cette hypothèse de la DGS et par projection sur une durée de 20 mois, le nombre de contamination consécutives au retard accumulé par l'instruction de la RTU Truvada se situe entre 1 666 et 4 000."

Aujourd'hui, environ 7 000 personnes en France utilisent le Truvada comme médicament préventif. Depuis 2016, le traitement est pris en charge par l'assurance maladie. L'association Aides vient de lancer une campagne sur le thème : un comprimé par jour vous protège du VIH.

Commentaires