Santé

Santé: Découvrez les 8 règles d’or pour éviter une maladie rénale

Santé: Découvrez les 8 règles d’or pour éviter une maladie rénale

CONTRÔLER RÉGULIÈREMENT SA GLYCÉMIE Insuffisance rénale, calculs rénaux, infections du rein… En France, près de 3 millions de personnes sont atteintes d’une maladie rénale. Mais quelles sont les bonnes habitudes à prendre pour limiter les risques de développer une telle pathologie ? Medisite liste les règles d’or d’une bonne santé rénale, avec l’appui de la Fondation du Rein.  

Pourquoi ? Une glycémie élevée (plus d’1,26 g/l à jeun) est le signe d’un diabète. Or le diabète est un facteur de risque de maladies rénales. Ainsi, 41% des personnes en dialyse ont un diabète de type 2, selon la Fondation du Rein.Comment faire ? Contrôler sa glycémie permet de détecter au plus tôt un éventuel diabète et de mieux le prendre en charge pour limiter ses complications notamment au niveau des reins.

SURVEILLER SA PRESSION ARTÉRIELLE

Pourquoi ? Une hypertension non traitée peut avoir des conséquences directes sur le fonctionnement des reins. Comment faire ? L’hypertension artérielle pourra être traitée par des médicaments qui auront des effets positifs sur le fonctionnement des reins.

NE PAS CONSOMMER TROP DE MÉDICAMENTS EN VENTE LIBRE

Pourquoi ? La consommation répétée de médicaments (notamment les anti-inflammatoires non stéroïdiens aussi appelés AINS) ou de compléments alimentaires à des doses élevées (vitamines, sélénium…) peut user les reins, selon le docteur Isabelle Tostivint, néphrologue chargée de la communication scientifique de la Fondation du Rein. Conséquence : une insuffisance rénale s’installe peu à peu. Comment faire ? Limiter l’automédication notamment pour les AINS (ibuprofène, acéclofénac…) et pour les antibiotiques et demander l’avis d’un médecin pour la prise de compléments alimentaires.

COMBIEN BOIRE D’EAU ?

Entre déshydratation et hyperhydratation, tout est question de mesure.D’un côté, la déshydratation demande aux reins des efforts trop importants. Mais, "à l’inverse, il ne faut pas tomber dans la consommation excessive d’eau, appelée potomanie", met en garde le professeur Maurice Laville, néphrologue et président de la Fondation du Rein. Les bonnes habitudes à prendre dès l’enfance : boire entre 1,5 et 2 litres d’eau par jour. "Au-delà, à partir de 3 ou 4 litres d’eau, le rein aura du mal à tout éliminer et sera à l’origine d’une hyponatrémie (baisse du taux de sodium dans le sang)", explique le professeur Laville. Attention : Boire trop d’eau peut être dangereux chez les personnes qui souffrent déjà de diminution de la fonction rénale mais aussi chez les personnes âgées qui excrètent moins bien l’eau.

SOIGNER SON ALIMENTATION

Pourquoi ? Qui dit alimentation saine dit souvent poids de forme. Or le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque des maladies rénales. "Un excès de masse corporelle entraîne une hyper filtration de la part des reins, c’est-à-dire une augmentation de leur débit de filtration, qui soumet leurs structures fonctionnelles à un stress de fonctionnement", développe le professeur Maurice Laville. Ce stress entraîne alors la destruction des tissus du rein et donc une perte de fonction de cet organe. Conséquence : si le rein ne fonctionne plus, "la personne concernée aura besoin d’une dialyse voire d’une transplantation", avertit le néphrologue. Une personne obèse aura ainsi deux fois plus de risque de souffrir d’insuffisance rénale. Autre problème : L’hypercholestérolémie est souvent liée au surpoids. "Or un excès de cholestérol abime les vaisseaux sanguins, ce qui a des répercussions sur les reins car ce sont des organes très vascularisés", déplore le professeur Laville. Attention également à l’alimentation trop riche en sel ou en protéines, qui peut endommager les reins sur le long terme.

NE PAS FUMER

Pourquoi ? Les substances toxiques de la cigarette s’accumulent dans les reins, ce qui génère des lésions dans le tissu de cet organe et une perte de fonction. C’est pourquoi les fumeurs courent un risque plus élevé de souffrir d’une insuffisance rénale que les non-fumeurs. Comment faire ? Découvrez 10 méthodes pour arrêter de fumer.

RESTER EN FORME

Pourquoi ? Une activité physique régulière permet de lutter contre le surpoids ou d’obésité, facteurs de risque d’insuffisance rénale. Un seul mot d’ordre : bougez !

DES FACTEURS DE RISQUE ? ON CONTRÔLE SES REINS !

Si vous possédez un ou plusieurs facteurs de risques (diabète, hypertension artérielle, antécédents familiaux…), pensez à réaliser des contrôles fréquents car les maladies rénales peuvent rester silencieuses pendant une longue durée. Autrement dit, n’attendez pas d’avoir mal pour consulter ! Bon à savoir : Pour plus d’un tiers des personnes qui souffrent d’une insuffisance rénale chronique, le diagnostic est posé au dernier moment, quand une dialyse doit être appliquée en urgence.

 

Médicite

 

Commentaires