Santé

Les agents administratifs de la santé réclament l’application de l’accord avec la tutelle

Les agents administratifs de la santé réclament l’application de l’accord avec la tutelle

Le Syndicat des agents administratifs de la Santé de Côte d’Ivoire (SYNAAS-CI) « mis à l’écart des avantages octroyés dans l’application du décret portant octroi d’indemnité paramédicale et de risque sanitaires aux cadres supérieurs de la Santé et au personnel technique », réclame, l’application d’un accord, signé, à cet effet, début août, avec la tutelle.  

 

Dans une déclaration lue devant la presse, dimanche, Narcisse Koffi, le secrétaire général du SYNASS-CI a dénoncé « l’application sélective et arbitraire du décret n°2008-03 du 04 janvier 2008 portant octroi d’indemnité paramédicale et de risque sanitaires aux cadres supérieurs de la Santé et au personnel technique ».

 

Cette mise à l’écart, selon lui, n’a pas empêché une des leurs, « Tan Nathalie, Administrateur de Santé, ne bénéficiant pas des avantages de l’application dudit décret d’être récompensée en 2017 en qualité de meilleur cadre supérieur de la Santé lors du Prix d’Excellence par le Président de la République ».

 

C’est pour corriger ces maux et frustrations qu’à l’initiative du SYNAAS-CI, a souligné M. Koffi, que le syndicat a signé début août un « procès-verbal d’accord avec notre ministre de tutelle ».

 

Cet accord dont il réclame l’application porte sur « l’extension et la revalorisation de l’indemnité de risque à 90.000 FCFA (…), la prise d’un texte pour l’octroi d’une indemnité de sujétion de 50.000 FCFA, la prise d’un texte pour l’octroi d’une indemnité de logement au personnel Administratifs de la Santé (jusque-là, seuls les médecins ont une indemnité contributive de logement (70.000 FCFA) à la Santé », a précisé Narcisse Koffi.

 

En outre, les agents administratifs de la Santé souhaitent que « la revalorisation de 15 à 50% des primes annuelles soient trimestrielles afin qu’elles créent la motivation escomptée et non l’effet contraire » a dit M. Koffi indiquant que « tous ces points de revendications contenus dans le procès-verbal d’accord sont de nature à améliorer les conditions de vie des travailleurs ».

Commentaires