Santé

Le vélo, bon pour la santé, mauvais pour le se*e

Le vélo, bon pour la santé, mauvais pour le se*e

Selon des spécialistes kenyans en santé de la reproduction, 6 à 8 heures de vélo par jour pourraient rendre impuissant. Des affirmations se fondent sur une étude menée auprès de conducteurs de taxis vélo et moto. La situation concerne également les femmes, c’est une étude américaine qui le dit.

 

 

Les causes

Pour les scientifiques kenyans, rester assis de nombreuses heures (6 à 8 par jour) sur la selle d’un vélo peut impacter négativement la santé sexuelle. La région périnéale (en contact direct avec le siège du vélo) peut être soumise à des compressions, des frottements et des traumatismes. Faire du vélo longtemps expose de ce fait à un dysfonctionnement érectile.

Chez la femme, le dysfonctionnement prend la forme d’engourdissements qui peuvent évoluer vers un blocage de la libido. C’est ce que révèle une étude de l’université de Yale (2012). Elle met par ailleurs en cause, à la fois, la forme de la selle et la hauteur du guidon. Ainsi pour les chercheurs américains, si une femme doit davantage se pencher en avant (pour atteindre un guidon qui est bas alors que la selle du vélo a un nez), elle met plus de pression sur certaines zones sensibles.

 

Les solutions

Pour y remédier, les spécialistes de Yale préconisent l’utilisation d’une selle sans nez. Une bonne façon de réduire la pression sur le périnée, une partie du corps qui n'a pas été prévue pour supporter une pression soutenue.

Au Kenya, on a une approche quelque peu différente. Au lieu de changer la selle du vélo, il faut juste y passer moins de temps. « Tant que vous utilisez la selle entre vos jambes, il semble qu'il n'y ait pas de différence significative », explique le Dr Isaac Wamalwa, consultant gynécologue, conférencier à l’université Jomo Kenyatta et un des auteurs de l’étude sur les conducteurs.

Il est bon de préciser que le vélo n’est pas la seule cause de troubles sexuels. Il ne faut pas écarter l’âge, le stress, les mauvaises habitudes de vie, le tabac et l’alcool en excès qui peuvent être à l’origine de pannes. Lorsque ces pannes sont répétées et continues, on parle alors de dysfonctionnement.

 

 

 

 

Avec BBC

 

 

Commentaires