Portrait

Tioté Cheick, un Eléphant ne meurt pas!

Tioté Cheick, un Eléphant ne meurt pas!

Le monde du sport a été secoué par la disparition brutale de Tioté Cheick Ismaël le lundi 5 juin 2017. L’international ivoirien était âgé de 30 ans.

Tioté Cheick Ismaël a vu le jour le 21 juin 1986 à Yamoussoukro. C’est au Centre de formation BIBO de Treichville qu’il apprend les premiers rudiments du football. C’est au RSC Anderlecht que le jeune joueur goûte aux délices du football professionnel. Durant 3 ans, Tioté Cheick évolue sous les couleurs du club belge avec lequel il remporte deux titres de champion (2006 et 2007).

Mais contre toute attente, « Cheicky Cheicky » quitte la Belgique et s’envole pour les Pays-Bas. Entre temps, il avait été prêté au Roda JC de 2007-2008. En réalité, Tioté est en quête de plus de temps de jeu. L’ancien joueur d’Anderlecht accorde ses faveurs à Roda JC. L’Ivoirien y reste de 2008 à 2010 avant de rejoindre le championnat anglais précisément Newcastle. Le 27 août 2010, Tioté Cheick s’engage avec les Magpies.

Tioté Cheick Ismaël prend de l’assurance et démontre son savoir-faire. Les choses se passent tellement bien que le milieu de terrain ivoirien prolonge avec le club anglais jusqu’en 2017. Il a disputé 161 matches avec Newcastle qu’il quitte le 9 février 2017. A l’instar de bien d’autres joueurs africains, après de bons et loyaux services en Angleterre, Tioté Cheick décide d’évoluer en China League One notamment avec le Beijing BG.

Tioté, l’Eléphant

En équipe nationale, Tioté Cheick Ismaël a toujours convaincu les supporters ivoiriens par son engagement, son sérieux et son abnégation. Vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations 2015, il fait partie des Eléphants qui ont toujours su gagner l’estime des Ivoiriens. En 52 sélections, ce joueur d’1m80 ne se faisait pas prier pour mener la vie dure à ses adversaires. Véritable amoureux du football, Tioté Cheick savait tenir son rôle au sein des Eléphants. Sur son passage, tout déménageait. Sur le terrain, l’ex joueur avait le visage renfermé. Cela ne manquait pas de déstabiliser des adversaires. Cet Eléphant inspirait de la crainte. Il ne lâchait rien sur l’aire de jeu. Parfois à la limite de l’agressivité, Tioté Cheick s’engageait dans tous les duels. En dehors du terrain, il était reconnu pour sa joie de vivre et sa gentillesse.

« Un Eléphant ne meurt pas », comme l’a indiqué Salomon Kalou.

 

Commentaires