Portrait

Soul To Soul : Un ami, un frère, un bouc émissaire...

Soul To Soul : Un ami, un frère, un bouc émissaire...

Homme discret, il est presque impossible de trouver des informations sur Soul To Soul. De son vrai nom KONE Kamaraté Souleymane, on peut dire de l’homme qu’il est la fidélité et la loyauté personnifiées.

 

 

Guillaume Soro, dont il est aujourd’hui le directeur de protocole, et lui se rencontrent des années en arrière à Bouaké alors qu’ils sont encore au lycée. Plus tard, tous deux admis à l’université d’Abidjan, ils se découvrent des points communs et deviennent amis.

A l’époque, Souleymane et Guillaume vivent dans la même cité universitaire et rejoignent tous deux les rangs de la Fesci, le principal syndicat estudiantin ivoirien. Pour les “besoins de la cause’’, ils sont rebaptisés. L’un devient « Soul to Soul » (en référence à un groupe de R’n’B britannique) et l’autre « Le Che » (ou encore « Bogota »). Guillaume Soro prend la tête de la Fesci et Soul devient son bras droit. A leurs côtés, militent d’autres jeunes  tels un certain Blé Goudé Charles dit « Le Génie de Kpô », Karamoko Yayoro, Damana Pickass, etc.

Au fil des années, l’amitié entre les deux Bouakois ne fera que se renforcer, se bonifier.

A tel point qu’en 2002, lorsque Guillaume Soro prend la tête de la rébellion, il n’avait à ses côtés que deux civils: Soul To Soul et son cousin Lamine Sanogo. Ce sont ces hommes qui ont risqué leurs vies à ses côtés pendant les combats.

De Secrétaire Général des Forces Nouvelles à  Premier ministre, Guillaume Soro a toujours conservé Soul To Soul à ses côtés. Aujourd’hui, au Parlement, c’est toujours Soul qui a fini par devenir son ombre, son homme de confiance, l’homme des missions secrètes. Koné Kamaraté Souleymane a ainsi pris une part active dans les opérations civilo-militaires qui ont été lancées pour installer Alassane Ouattara à la tête de l’Etat.

La confiance serait si grande entre les deux hommes qu’ils se livreraient même leurs plus intimes secrets.

Dans le camp Soro, il se dit d’ailleurs que c’est cette proximité qui est à l’origine de l’incarcération du directeur de protocole dans l’affaire de la cache d’armes.

En mai 2017, à la faveur d’une mutinerie, six tonnes d’armes ont été découvertes à sa résidence de Bouaké.

Pour Moussa Touré, le chargé de communication du président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, qui se prononçait le 10 octobre dernier sur les antennes de RFI, l’arrestation de Soul To Soul est une manœuvre politique : « il n'est pas le propriétaire de ces armes, il ne les a pas acquises, il ne les a pas gérées. Sa maison a juste servi de lieu d'entreposage pour l'ensemble des forces républicaines de Côte d'Ivoire qui, sur ordre du président Alassane Ouattara, ont lancé l'assaut pour déloger Laurent Gbagbo du pouvoir. Ces armes n'ont pas été acquises par Soul to Soul, il n'en a pas les moyens », a-t-il assuré.

Poursuivant, Moussa Touré explique que l'existence de cette cache d'armes est un arbre qui cache la forêt. Pour lui, il s'agit d'une guerre entre le camp Ouattara et le camp Soro qui a pour objectif la suprématie d'un groupe sur l'autre pour la présidentielle de 2020.

 

 

Commentaires