Politique

Zimbabwe : le leader de l'opposition crie victoire

Zimbabwe : le leader de l'opposition crie victoire

Nelson Chamisa revendique une victoire « éclatante » et mettre fin à presque 40 ans d'hégémonie de la Zanu-PF. Un scrutin historique sur fond de forte participation.  

Le leader de l'opposition au Zimbabwe, Nelson Chamisa, a revendiqué mardi une victoire « éclatante » aux élections générales, les premières depuis la chute du président Robert Mugabe qui pourraient mettre fin à l'hégémonie du parti au pouvoir depuis des décennies.

Se basant sur un décompte des voix portant sur 10 000 bureaux de vote, Nelson Chamisa a tweeté : « Victoire éclatante. (...) Nous avons fait remarquablement bien » contre l'actuel chef de l'État Emmerson Mnangagwa et « nous sommes prêts à former le prochain gouvernement ».

Au total, 23 candidats étaient en lice pour la présidentielle, mais la course se joue entre l'actuel chef de l'État Emmerson Mnangagwa, patron de la Zanu-PF, le parti au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980, et Nelson Chamisa, leader du Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

Des responsables de la commission organisant le vote ont souligné la très forte participation, estimant qu'elle se situait aux alentours de 75 % une heure avant la clôture des bureaux de vote. Dès l'aube lundi, de longues files d'attente se sont formées devant de nombreux bureaux de vote à Harare, où l'affluence n'a pas faibli dans la journée.

EmmersonMnangagwa, qui a succédé en novembre à son ancien mentor Robert Mugabe, à la suite d'un coup de force de l'armée et de son parti, cherchait à obtenir par les urnes la légitimité du pouvoir. Il n'avait pas réagi mardi dans la matinée aux déclarations de victoire de son principal concurrent.

Pour ces élections historiques, « il y a eu une forte participation, en particulier des jeunes », a déclaré lundi à l'Agence France-Presse le chef des observateurs de l'Union européenne (UE), Elmar Brok, qui n'a pas signalé de cas de violence, alors que les scrutins de l'ère Mugabe avaient été régulièrement entachés de fraudes et violences.

L'UE a noté « des déficiences » pendant les opérations de vote, notamment « la totale désorganisation » du vote dans deux quartiers pauvres d'Harare, alors que « tout s'est bien passé dans des quartiers plus favorisés ». « Il convient maintenant de vérifier s'ils'agitd'une tendance » ou de cas isolés, a ajouté ElmarBrok.

EmmersonMnangagwa, 75 ans, était donné favori de la présidentielle, mais l'écart avec son principal adversaire s'était réduit dans les sondages. Le premier était crédité de 40 % des suffrages, contre 37 % pour le second, dans un sondage publié il y a une dizaine de jours. Si aucun candidat n'obtient la majorité absolue lundi, un second tour sera organisé le 8 septembre.

Nelson Chamisa, qui vient juste d'avoir 40 ans, a fait de son âge son arme principale pour détrôner le parti au pouvoir depuis 1980. Pendant la campagne, cet orateur au style vestimentaire toujours impeccable a naturellement su séduire un électorat jeune, en quête de sang neuf.

Depuis son indépendance il y a 38 ans, le Zimbabwe n'a connu que deux chefs d'État, tous les deux issus du même parti, la Zanu-PF. D'abord Robert Mugabe, contraint à la démission en novembre à l'âge de 93 ans, puis son ex-vice-président Emmerson Mnangagwa.

L'ancien président Mugabe avait, lors d'une conférence de presse surprise, appelé les électeurs à faire chuter son ancien parti, la Zanu-PF.

Quel que soit le vainqueur, il devra faire face en priorité à une sévère crise économique. Le pays manque notamment de liquidités, obligeant la population à faire la queue des heures devant les banques pour obtenir quelques dizaines de dollars en liquide, tandis qu'une écrasante majorité de la population est au chômage.

 
Commentaires