Politique

Des hommes en colère manifestent devant le domicile privé de Charles Konan Banny

Des hommes en colère manifestent devant le domicile privé de Charles Konan Banny

Quelques jours à peine après sa démission, stimulée par le dépôt de sa candidature aux élections présidentielles, Charles Konan Banny a apparemment réveillé des détraqueurs qui jusque là tapissaient dans l'ombre. 

En plus de ses trois collaborateurs accusés par la police, c'est l'ex-président de la CDVR qui s'apprête à faire les frais de sa décision.

« Le président de la CDVR nous avait dit qu'il n'avait rien reçu pour la réconciliation ivoirienne. Et nous sommes surpris d'entendre par le garant moral du pays que la Côte d'Ivoire a décaissé 16 milliards pour la commission dialogue vérité et réconciliation pour réconcilier les ivoiriens. Nous avons fait les hameaux, les villages sans sous et il y a des personnes de bonne volonté qui nous ont aidés. Aujourd'hui nous sommes venus lui demander les comptes des 16 milliards parce qu'il n'a rien fait avec » 

En ce moment même, des probables militants du RDR avec des victimes lésées manifestent activement devant son domicile privé Banny pour lui réclamer les 16 milliards que Ouattara lui aurait remis pour la réconciliation nationale, cependant, leurs identités ne sont pas totalement connues.

En effet, tandis que d'autre se réclameraient du parti du président de la république Alassane Ouattara, le Rassemblement des républicains(RDR), d'autres se jetteraient dans l'immense moule des victimes de la crise dont Konan Banny devaient se cgarger avec la CDVR.

Les manifestants crient à tue-tête avec ces propos: « Le peuple veut des comptes ; honte à toi Banny ; CDVR, bilan négatif ; je veux un audit ; où sont passés les 16 milliards ? Réconciliation, tu as échoué ; CDVR, Banny, tu as mangé et tu as gnangami ».

Dirigés par Awassa Abdoul Racid, président de la conférence des présidents des mouvements et associations pour la défense des institutions de Côte d'Ivoire, ils entendent démeurer devant la résidence du candidat aux élections présidentielles de 2015.

«  S'il ne nous reçoit pas ; nous ferons un sit-in devant sa résidence ici (à la riviera golf d'Abidjan) et nous allons entamer une grève de la faim » a martelé Awassa Abdoul.


L'Onuci et un détachement de la police viennent d'arriver sur les lieux. Qu'adviendra t-il? Qui conduit cette manifestation?

Malheureusement, ces questions restent encore posées. Cependant, dès que nous en avons, nous vous donnerons de plus amples informations. 

Imatin est à pied d'oeuvre pour vous informer.Restez à l'écoute 

Nous vous reviendrons. 

Commentaires