Politique

Un proche de Bédié se déchaîne : « Sans le PDCI, les autres partis ne pèseront pas lourds »

Un proche de Bédié se déchaîne : « Sans le PDCI, les autres partis ne pèseront pas lourds »

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) se prépare résolument pour la conquête du pouvoir en 2020. Ses cadres, et non des moindres, annoncent les couleurs. Le samedi dernier, Jean-Louis Billon a eu une sortie fracassante.

Jean-Louis Billon, répondant à une invitation du maire du Plateau, Akossi Bendjo, a profité de la tribune qu’il a été offerte  pour faire l’apologie du parti fondé par feu Félix Houphouët-Boigny. L’ex ministre du Commerce a clairement indiqué que « le temps des sacrifices pour le PDCI est terminé ». En clair, il n’est plus question de s’effacer afin de porter un parti politique au pouvoir. En 2015, à l’appel d’Henri Konan Bédié, les militants du « vieux » parti ont soutenu la candidature d’Alassane Ouattara. L’Appel de Daoukro avait même causé la « rébellion » de certains cadres dont Kouadio Konan Bertin. « Nous sommes le parti qui a fait remporter les élections présidentielles de 2010 et 2015 au RHDP », a déclaré l’ex président de la Chambre de commerce et d’industrie.

 Pour Jean-Louis Billon, ce temps est bel et bien révolu. « Sans le PDCI, pas de RHDP. Sans le PDCI, les autres partis ne pèseront pas lourds », a-t-il martelé.

Il n’y a pas longtemps, Maurice Kakou Guikahué tenait des propos similaires. Le secrétaire exécutif de la formation politique née en 1946 clamait à qui voulait l’entendre que le PDCI ira « aux élections en 2020 avec ou sans le soutien des autres (alliés) ». Il a aussi ajouté : « Nous sommes donc en train de préparer un militant actif pour reprendre le pouvoir ». Tout ceci montre qu’Henri Konan Bédié et les siens n’ont pas envie de jouer les rôles de seconde zone en 2020.

 

 

 

Commentaires