Politique

Un pro-Gbagbo s’oppose à la libération de Blé Goudé et son mentor, sa réponse à Alpha Blondy

Un pro-Gbagbo s’oppose à la libération de Blé Goudé et son mentor, sa réponse à Alpha Blondy

En exil depuis la crise post-électorale, Modeste Seri (Mo Seri), ex-proche de IB et leader d’opinion s’est récemment prononcé, comme à son habitude d’ailleurs, sur la situation sociopolitique qui prévaut en Côte d’Ivoire. Devenu Pro-Gbagbo affirmé et confirmé, il s’oppose pourtant à la tendance visant à négocier politiquement la libération de l’ex-président et de son ministre de la jeunesse.

 

 

« ... plutôt que de demander des arrangements politiques à Ouattara (nous sommes presqu'au bout du tunnel) ; nous proposons la prière et un peu plus de patience (...) pour que ce contentieux aille jusqu'au bout comme l'a si bien dit le président Gbagbo pour éviter une fois de plus l'impunité, source de nouvelles crises armées à notre pays », estime Mo Seri.

Et de poursuivre : « Pourquoi militer après tant d'années de détentions arbitraires, d'exil, de morts en prison, loin de la terre natale ou même dans la pauvreté extrême sur place au pays? N'en déplaise aux complaisants et autres criminels qui adorent les arrangements avec la justice et la vérité ; nous pensons que Dieu a bien inspiré les bourreaux dans leurs actions et décisions même si nous reconnaissons qu'on ne peut souhaiter ce que nous vivons depuis plusieurs années déjà à son pire ennemi (prison pour avoir recherché la paix puis l'exil) ».

Pour le président de Démocratie et Justice en Côte d’Ivoire (Djci), un mouvement politique, « Les Ivoiriens qui ont majoritairement tout perdu (...) méritent que le processus aille à son terme pour situer les responsabilités et pour voir la manifestation de la vérité.»

Celui que l’on dit proche de feu le sergent-chef Ibrahim Coulibaly (dit “IB’’) -aux côtés duquel il a participé au putsch manqué de décembre 2007 baptisé opération « Noël Abidjan »- invite à laisser le processus juridique et “divin’’ suivre son cours, désignant nommément la reggae star ivoirienne Alpha Blondy. «Il faut dire à Alpha Blondy et autres suiveurs du président Alassane Dramane Ouattara de soutenir jusqu'au bout le processus juridique même inique mis en branle depuis 2011 (...) leurs propres témoins devenus tous hostiles les incriminent gravement à la CPI où Gbagbo aurait pu les conduire plusieurs années avant son propre transfert. (...) Patientez donc chers ADOrateurs, nous sommes presqu'arrivés. Rira bien, qui rira le dernier », a déclaré Mo Seri. 

 

 

Commentaires