Politique

Un cadre du PDCI à Adjoumani : "Votre longévité au sein des gouvernements n’est pas le fait de votre mérite"

Un cadre du PDCI à Adjoumani :

Un cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) a répliqué ce jeudi 29 mars aux sorties ‘’hasardeuses’’ du porte-parole de sa formation politique, Kobenan Kouassi Adjoumani, favorable à la position de son principal allié au sein de l’alliance des Houphouëtistes, Rhdp, le Rassemblement des républicains (Rdr). Position selon laquelle, il faut d’abord aller au parti Unifié avant 2020 et faire ensuite l’alternance en faveur de leur formation politique commune.  

 

Bédié n’adresse plus la parole à son porte-parole

La dernière sortie du frère Kobenan Kouassi ADJOUMANI, dans le cadre de la crise artificiellement entretenue par la soldatesque lâchée contre le PDCI-RDA, n’est que pure affabulation. Derrière, il s’agit bien d’un groupe de penseurs-politiques modernes mais pas modèles, solidement implanté au sein du PDCI-RDA, savamment structuré avec un chef de fil et dont la mission est de créer les conditions de la pourriture, de l’intérieur du Parti avant le sacrifice au dieu Aklepios* qui attend patiemment dans sa tanière sacrificielle. Son porte-voix s’appelle Kobenan Kouassi ADJOUMANI.

Mais où va le cavalier solitaire?
Il est semblable à un cavalier solitaire et errant qui n’a ni compagnon ni destination et qui, malgré le vent qui lui est défavorable, décide d’entreprendre une aventure hasardeuse. Le temps de s’en rendre compte, il constatera que plus personne ne sera derrière lui, notamment les nombreux militants du PDCI-RDA qui refusent de faire le deuil de leur Parti. Cette aventure a déjà démarré puisqu’il ne reçoit plus d’instructions du Président Aimé Henri Konan BEDIE, encore moins du numéro deux, le Prof. Maurice KAKOU Guikahué, Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA.

Il est vraiment solitaire ce cavalier parce qu’il appartient à un groupe de fossoyeurs patentés qui militent pour que la cuillère soit maintenue dans leurs bouches ; ils n’ont jamais été militants courageux ; ils ont du mal à se déterminer et pensent que le temps du parti unifié est une opportunité qui leur est offerte pour réaliser leur sale besogne. On verra bientôt que ce groupe va se désagréger et chacun se cherchera au gré de ses ambitions. Adjoumani va se retrouver seul à la fin du film.

Mais où va le cavalier solitaire et absurde ?

C’est une aventure mythique qui relève de l’absurdité. C’est l’auteur lui seul qui la comprend et monte le scenario dans lequel il se présente tout de suite comme la victime. Regardons ensemble ce que dit Adjoumani, porte-parole de Bédié, à l’entame de sa fameuse lettre ouverte : ‘’Je note avec beaucoup d’amertume que le débat politique s’emballe particulièrement ces derniers temps au sein de notre grande famille des houphouëtistes sur la question de l’interprétation de l’appel de Daoukro. Après le triomphe éclatant du candidat du RHDP à la présidentielle de 2015, quelle doit être la prochaine étape ? Il n’y a pas ‘’d’amertume’’, Monsieur Adjoumani. Le débat ne ‘’s’emballe’’ pas. Mon très cher Adjoumani, il n’y a rien à interpréter. Pourquoi vous voulez interpréter l’Appel de Daoukro ? Vous êtes porte-parole de Bédié. Vous êtes sensé venir dire et traduire les pensées profondes du PDCI-RDA. Un porte-parole, selon le Nouveau Petit Robert, de la langue française, 2009, P1970, est une personne qui prend la parole au nom de quelqu’un d’autre, d’une assemblée, d’un groupe… C’est une personne chargée officiellement de présenter à la presse, à l’opinion publique, les décisions arrêtées par …… quelqu’un d’autre, une assemblée ou un groupe. Cela dit, le porte-parole ne peut se substituer à celui qui l’a mandaté. Donc tant qu’il n’y a pas de ‘’décisions arrêtées’’, le porte-parole n’a rien à dire ; il doit se taire. C’est ce que vous devez impérativement faire, Monsieur Adjoumani. Le porte-parole ne doit pas être envahissant au point de devenir désagréable et vulgaire, tant sa mission est sensible.

Mais où va le cavalier notoirement contredisant et palabreur ?

A la vérité, Monsieur le Ministre, vous n’avez pas deux maîtres. Vous avez un seul maître qui s’appelle Henri Konan BEDIE. Vous–même vous posez des questions’’ Quelle doit être la prochaine étape ? Devons-nous réaliser le parti unifié avant l’alternance ou vice-versa ? Mais à qui vous posez ces questions ? Vous n’êtes pas un militant ordinaire et quelconque. Vous êtes le porte-voix de Bédié ? Que dit-il ? Si vous continuez de prendre les instructions de lui, vous serez assuré à cent pour cent que vous ne rentrerez plus en conflit avec les militants.

Assumez correctement et efficacement votre rôle et vous verrez la suite. Mais en attendant, nous, on veut vous poser cette question : Que dit Bédié ? Sa position doit être votre position. Le jour qu’il va vous dire d’aller donner cette position officiellement aux militants, c’est vraiment à ce niveau que vous entrez en action.

Par ailleurs, vous avez le sentiment, selon vos propres termes que ’’aujourd’hui, certaines personnes sont prêtes à trancher la tête à tout militant qui ose parler de parti unifié. Tous les défenseurs du RHDP et du parti unifié sont voués aux gémonies, taxés de traîtres, de renégats et j’en passe…’’. C’est vraiment parce que vous êtes sorti de votre rôle. Vous voulez être plus royaliste que le roi et votre comportement de ces derniers temps laisse perplexes les militants. Comment peut-on comprendre que le Président BEDIE est encore en vie et que son porte-parole veuille bien interpréter ses pensées. Après l’épisode malheureux de ‘’Micro’’ et de ‘’Haut-parleur’’, nous avons pensé qu’Adjoumani s’arrêterait là. Oh que non ! C’est mal connaître l’homme. C’est cela votre caractère contredisant et palabreur, toujours à la recherche d’intrigues. Tout porte à croire que vous vous affublez dans de nouveaux habits pour une mission autre que celle que vous teniez du PDCI-RDA qui vous a fait connaître. Quand vous étiez à Dabou, aucun autre parti politique ne vous connaissait. A supposer même que ce soit le cas, ils n’ont rien fait pour vous hisser au rang où vous êtes. À Dabou, vous n’étiez pas le meilleur enseignant encore moins le meilleur militant du PDCI-RDA. Dans le Gontougo, votre Région natale, rien n’est moins sûr. Votre longévité au sein des différents gouvernements qui vous monte la tête aujourd’hui, n’est pas forcément le fait de votre mérite. Il y a un proverbe bien de chez nous qui dit que ‘’Si tu manges les fruits d’un haut et gros arbre, il faut remercier le vent. Monsieur, il faut en tenir compte et arrêter cette course effrénée dans laquelle vous êtes engagé, dans votre nouveau style désinvolte fait de mépris, de défiance et d’indiscipline vis-à-vis du PDCI-RDA et de sa Haute Direction.

Vous demeurez dans votre logique puisque, en des termes tout aussi révoltants, vous ne manquez plus l’occasion de recadrer pompeusement le Président Henri Konan BEDIE, lui qui vous a fait ‘’de toutes pièces’’ écoutez-vous un peu : ’’Je voudrais rappeler, à toutes fins utiles donc que dans la chute de son discours mémorable du 17 septembre 2014, à Daoukro, le Président Henri Konan Bédié disait : « L’objectif d’une telle candidature est double : d’abord, assurer le succès du RHDP aux élections de 2015 dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire et de la paix. Ensuite, aboutir à un parti unifié, PDCI-RDR, pour gouverner la Côte d’Ivoire, étant entendu que ces deux partis sauront établir entre eux, l’alternance au pouvoir dès 2020 » Et d’ajouter : ‘’ Cet extrait permet de comprendre que le Président Bédié a établi lui-même l’ordre chronologique des tâches à accomplir dans la mise en œuvre intégrale de l’appel de Daoukro, à savoir la candidature unique, le parti unifié et l’alternance’ ’Mais, dites-moi, vous qui êtes un syndicaliste, vous devriez pouvoir comprendre qu’il s’agit maintenant d’un préalable qui doit être levé avant toute autre chose. Dites à vos partenaires de se prononcer là-dessus et puis le bal va commencer. C’est tout aussi simple que ça, s’ils ne redoutent rien. S’ils hésitent, vous devriez pouvoir leur demander le pourquoi.

Autopsie d’une lettre volontairement sélective et déséquilibrée

Monsieur le Ministre, votre lettre, à tout point de vue, est partisane. Vous nous apparaissez volontairement comme un justicier sous le voile de quelqu’un qui agit en redresseur de torts, vengeant les innocents que sont vos partenaires et punissant le PDCI-RDA. Oh ! Grand justicier des temps modernes, et cavalier de l’Apocalypse, sachez que ce n’est pas au PDCI-RDA créé pour servir le vaillant peuple ivoirien que vous allez donner des leçons pour mieux aimer la patrie-mère. C’est vraiment grotesque. Pardon, un peu de pudeur pour ce Parti. Vous dites bien ‘’ Ensuite, aboutir à un parti unifié’ ’Mais Monsieur le moralisateur, vous devriez comprendre que dans le verbe ‘’aboutir’’, il y a la notion de processus. Mieux, vous ne nous dites pas les efforts consentis par le RDR qui est le plus grand bénéficiaire de l’audace dont a fait preuve Bédié en demandant aux autres Ivoiriens de ne pas faire acte de candidature. Aujourd’hui, leurs Cadres sont devenus les plus intelligents et les plus méritants. Le peuple n’est pas dupe. Suivez bien votre argumentation et vous verrez que vous vous condamnez dans la suite de vos propres propos. Vous prétendez que ‘’Concernant l’alternance, j’ai été personnellement instruit par le Président Bédié, face à la polémique qui enflait, pour rappeler que cette question relève du « domaine réservé » à nos deux chefs’’. Mais, vous avez volontairement omis de nous dire si vous êtes reparti faire le point de cette mission précise au Président Bédié. Quelles ont été les nouvelles instructions données à cet effet ? Vous voyez vous-même que votre démarche n’est pas cohérente. Vous semblez bien nous indiquer votre nouvelle mission au sein de la soldatesque qui est de recadrer le Secrétariat Exécutif dans son ensemble. Aujourd’hui, cette mission sort atrocement de sa cavité et s’élargit. Vous poussez l’outrecuidance jusqu’à interpeller le Président Henri Konan BEDIE en lui rappelant ce qu’il a voulu dire à travers l’Appel de Daoukro. Et c’est vous qui vous mettez de l’autre côté pour crier au loup, au loup…!

En définitive, comme vous le dites, si ‘’La tolérance et le dialogue, des valeurs si chères à notre parti sont en train de céder du terrain à l’intransigeance et aux excès’’ c’est essentiellement dû à vous autres qui n’assurez pas, comme il se doit, vos tâches. Vous devez pouvoir faire amende honorable et reconnaître que vous n’avez pas joué franc-jeu en perdant de vue la déontologie de votre rôle de porte-parole. Cela se comprend aisément. Voici la conclusion que vous en tirez vous-même : ‘’Au fond, nous voulons tous la même chose mais dans la forme, nous avons parfois des opinions qui divergent. Mais, est-ce que cela fait de nous, pour autant, des traîtres, des parias, des renégats, des personnes qu’il faut détruire, par tous les moyens, y compris en nous empêchant de nous exprimer dans les médias proches de notre parti ?’’. Monsieur le Ministre, qui voulez-vous attendrir ? Sachez que les sons discordants sont le fait de l’échec de la communication. Le porte-parole, que vous êtes, a échoué. A la fin, vous faites constater vous-même que ‘’Avec du recul, j’ai compris que beaucoup n’ont pas relu le texte originel de l’appel de Daoukro depuis bien longtemps’’ Qu’avez-vous fait dès cet instant-là ? C’est de cela qu’il s’agit. En outre, votre lettre est-elle sincère ? Les medias de votre Parti vous refusent-ils leurs colonnes ? Le porte-parole d’un parti politique qui prend appui dans d’autres organes, aussi proches soient-ils, pour lancer des flèches aux Responsables de son propre parti, quels sentiments voulez-vous donner aux militants et quelle image devraient-ils retenir de vous ?

C’est à ce niveau que se trouve tout l’enjeu. Nous sommes donc suffisamment surpris et peinés du comportement de ce militant qui n’est pas ordinaire parce qu’investi d’une mission fondamentale auprès de la Haute Direction, qui justifie sa longévité au gouvernement et qui en profite pour organiser la désinvolture et pousser l’outrecuidance jusqu’à recadrer le Président Henri Konan BEDIE en lui rappelant dans une orthodoxie incroyable la teneur de l’Appel de Daoukro. Dans ce débat, vous ne faites aucun effort pour protéger votre personnalité. Un porte-parole est un canal par lequel on passe ; il n’est ni le moyen, ni la fin. En cette qualité, il doit avoir une forte capacité d’écoute. Pour avoir perdu cela de vue, vous rouez dans les brancards pour chercher des boucs émissaires là où il ne faut pas. Par ce fait, vous vous mettez à dos l’ensemble des militants actifs du PDCI-RDA qui vous invitent à vous rappeler le morceau de phrase prononcée par le Président Henri Konan Bédié, lors de la présentation des vœux de nouvel an et qui est devenue célèbre aujourd’hui ‘’ Longue vie au PDCI-RDA !’’. Si vous n’étiez pas aveuglement obnubilé par la mission occulte qui vous a été confiée et que vous n’étiez pas rentré en conflits avec la Haute Direction du PDCI-RDA, vous auriez compris la position du Président Aimé Henri Konan BEDIE qui est que le Parti unifié s’appelle PDCI-RDA et que nous y entendons tous les frères et sœurs qui, à un moment donné de notre vivre ensemble, ont dû en sortir. Monsieur le Ministre et cher frère, voyez-vous maintenant comment la colère, le mépris et la suffisance peuvent être un frein à la bonne communication et compromettre la cohésion familiale ?

Edouard KPLOWY Milacé
Enseignant-Communicateur, Cadre du PDCI-RDA

 

Commentaires