Politique

Tchad : le « régime présidentiel intégral » en voie d’adoption au Parlement

Tchad : le « régime présidentiel intégral » en voie d’adoption au Parlement

Les députés devraient adopter lundi 30 avril la nouvelle Constitution qui met en place un « régime présidentiel intégral » et renforce les pouvoirs du président Idriss Déby Itno. Le président tchadien, qui achève son cinquième mandat en août 2021, pourrait se représenter.

Adopté le 11 avril par le gouvernement, le projet de révision constitutionnelle mettant en place la 4e République doit être voté à la majorité des trois cinquièmes des 170 membres de l’Assemblée. Composé de 228 articles, il est issu des résolutions d’un forum rassemblant les forces politiques, religieuses et sociales du pays, tenu en mars mais boycotté par l’opposition et une partie de la société civile.

Pas de vice-président

Le mandat du président passera à 6 ans, renouvelable une fois, contre 5 ans renouvelable indéfiniment actuellement. Idriss Déby, âgé de 65 ans, en est à son cinquième mandat, qui s’achèvera le 21 août 2021. Selon la nouvelle Constitution, il pourrait se représenter en 2021 s’il le décidait et pourrait alors, s’il venait à être élu, effectuer deux autres mandats de six ans, jusqu’en 2033.

Le texte ne prévoit pas la création d’un vice-président, contrairement à ce qui avait été évoqué lors du forum sur les réformes institutionnelles rassemblant les forces politiques, religieuses et sociales du pays, tenu en mars mais boycotté par l’opposition. Désormais, les ministres, nommés par le président, prêteront serment devant celui-ci qui pourra aussi « déléguer certains de ses pouvoirs aux ministres ».

Commentaires