Politique

Suspension des décisions du BP/ Un député lâche : «Le PDCI ne va pas céder »

Suspension des décisions du BP/ Un député lâche : «Le PDCI ne va pas céder »

Le 19 septembre 2018, la  justice ivoirienne a annoncé la suspension des décisions politiques du Bureau politique du PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire) suite à la plainte de N’Guessan Jérôme. Face à cette situation,  le député de Yamoussoukro, Patrice Kouassi a durcit le ton. Selon lui, son parti ne cèdera pas.  

 

«Renvoyons les parties à mieux se pourvoir, mais dès à présent et vu l’urgence, rejetons l’exception d’incompétence soulevée par le PDCI, nous déclarons compétent, rejetons les exceptions d’irrecevabilité tirées de défaut de qualité et de la violation de l’article 69 des statuts du parti, déclarons monsieur N’Guessan (Jérôme, le plaignant, lui-même membre du bureau politique, mais proche du palais présidentiel d’Alassane Ouattara, NDLR) recevable en son action, l’y disons bien-fondé», peut-on lire dans l’arrêt du juge-président Massofola Touré qui a suspendu les décisions du Bureau politique du PDCI tenu le 17 juin 2018.

Pour Patrice Kouassi, député de Yamoussoukro, tout ceci est un acharnement contre le doyen des partis politiques ivoiriens. En compagnie des députés Akoto Olivier, Touré Yah, Séka Camille et Konan Koffi Marius, le parlementaire a déclaré que le «PDCI ne va pas céder».  

Un bureau politique est prévu le 24 septembre à Daoukro afin de confirmer les résolutions du 17 juin dernier. «Ce bureau politique va "renforcer" toutes les actions entreprises par M. Bédié. Si nous devons avoir 1.000 bureaux politiques, nous allons avoir 1.000 bureaux politiques», a-t-il insisté.

Commentaires