Politique

Suite aux attaques de Tibeu Briga contre Guillaume Soro, Franklin Nyamsi riposte

Suite aux attaques de Tibeu Briga contre Guillaume Soro, Franklin Nyamsi riposte

La génération de l’après-Ouattara, dont Guillaume Kigbafori Soro est l’incontestable figure emblématique, aura bien sûr une tâche toujours plus exigeante. Approfondir les efforts de réconciliation et de pardon que le président de l'assemblée nationale fournit depuis des décennies afin que tel l’Oiseau de Minerve, la Côte d’Ivoire pacifique, libre, radieuse et prospère prenne son envol à la tombée de la nuit vers sa prodigieuse émergence est vue du mauvais oeil par des partisans de l'ex président déchue, Laurent Gbagbo qui n'ont cessé d'en vouloir à Guillaume Soro. C'est la cas de  T. Briga, dont la récente sortie a provoqué une une décharge électrique de la part du professeur Franklin Nyamsi

Mis en cause de manière aussi directe que violente par un proche du précédent régime défunt d’Abidjan, le professeur agrégé de philosophie à Paris, Franklin Nyamsi, dont le mentor Guillaume Soro est exposé à travers des "commentaires fallacieux" contenu dans un article ne pouvait pas ignorer les accusations portées. Démentant "avec la plus grande fermeté les allégations mensongères" contenu dans l’article publié récemment et intitulé « Soro Guillaume un loup dans la peau d’une brebis », le service de communication du PAN ivoirien  a réagi. 

En effet Dans l’article posté, le cyber activiste qui veut la peau de Guillaume Soro et dont les propos sont reproduits ici,  Tibeu Briga, a une fois de plus jeté l’anathème sur le président de l’assemblée nationale. Dans ce propos monsieur Tibeu Briga a rappelé les implications des différents acteurs politiques qui avaient conduit la Côte d’Ivoire à connaitre une guerre civile traitant le président de l'assemblée nationale ivoirienne de loup. Si les images et des figures de méthaphore utilisées par l'auteur viennent donner une certaine éloquence au discours cependant il traine plusieurs des contrevérités et d'imperfections décriées par Mr Franklin Nyamsi  alors même que nombre d’ivoiriens estiment que Guillaume Soro, de 2010 à 2011, au cours  la crise postélectorale, était  Premier Ministre et ministre de la défense de l’Etat de Côte d’Ivoire. Il a donc agi légalement et légitimement pour la restauration de l’Etat de droit, sous l’autorité directe du Chef de l’Etat, le Président Alassane Ouattara.

 Si ce commentaire passe d’un goût amer pour les supporters de monsieur Laurent Gbagbo, Franklin Nyamsi lui pense que :« Tout le monde sait que l’accalmie de la Côte d’Ivoire est survenue avec l’arrestation en bonne et due forme du principal fauteur de trouble qu’était Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011. C’est ce jour-là que les Ivoiriens ont pu, grâce à la détermination du Président de la République Alassane Ouattara, sécher leur larmes » alors, le grand défenseur du PAN est sorti de sa tanière et a répliqué  à cette surdité intellectuelle transposée dans cet article selon lui qu’il considère comme une énième tentative de déstabilisation de son mentor "intitulé Quand la haine rend bête"

" L’inconsistance intellectuelle de Tibeu Briga: quand la haine rend bête J’entends par inconsistance intellectuelle, l’incapacité d’une personne qui parle d’éviter des contresens flagrants dans son propre discours, mais aussi son incapacité à comprendre ce qu’autres veulent dire. Schizophrénie et surdité intellectuelles. Tibeu Briga est justement inconsistant de ces deux manières. D’une part, il dit souvent une chose et son contraire. D’autre part, il ne comprend que dalle à ce que les autres veulent dire. C’est un homme enfermé dans sa bulle. Et cette double inconsistance prend manifestement sa racine dans la profonde paresse intellectuelle de l’individu, qui ne se donne jamais la peine d’écouter, de lire ou de bien comprendre ceux qui ne pensent pas comme lui. Avec Briga, la haine rend vraiment bête. Voyons. Des contresens du scribouillard Briga Briga affirme d’une part que le vrai héros de la Côte d’Ivoire profonde, celui que tous les Ivoiriens aiment, c’est Laurent Gbagbo. Mais d’autre part, le même Briga avoue que « Gbagbo lutte seul contre un mur d’injustice. IL a besoin du soutien de toutes les volontés pour dénoncer et combattre cette hérésie et pour sa libération. » Alors, M. Briga: de deux choses l’une. Ou bien Gbagbo est l’Ivoirien le plus aimé des Ivoiriens, voire du monde entier et il n’est pas seul, ou bien il ne l’est pas et l’on peut parfaitement comprendre qu’il soit seul, ou du moins avec deux pelés et trois tondus comme vous! Briga affirme que le problème de la Côte d’Ivoire, c’est uniquement et essentiellement le Président de la République Alassane Ouattara. Et d’écrire: « Soro occulte l’origine de la division des fils de notre pays. Cette division a commencé avec l’arrivée de son mentor Dramane Alassane Ouattara sur la scène politique en Côte d’Ivoire ». L’arrivée du Dr Alassane Ouattara à la tête du Comité Interministériel de Côte d’Ivoire en 1989 aurait donc signé le commencement des malheurs du pays? Quelle prouesse d’amnésique! On confond ainsi le médecin avec la maladie. Evidemment, la crise des matières premières agricoles, et les crises foncières commencées au milieu des années 70 ou la faillite qui menace l’Etat de Côte d’Ivoire à la fin des années 80, avant l’arrivée de Ouattara au premier ministère du pays, sont donc, rétroactivement, selon notre brigand intellectuel, le fait de Ouattara. ADO, Yako! Mais, on croit en avoir fini quand, pour conclure son article, Briga assène: « Le problème de la Côte d’Ivoire, c’est donc Soro, connu dans le mondes du crime sous les pseudos de Dr Koumba ou Bogota ». Alors, finalement, M. Briga, qui est ou quel est LE problème de la Côte d’Ivoire pour vous, puisqu’il n’y en a qu’un? IL me semble en réalité que l’un des problèmes de la Côte d’Ivoire, c’est l’existence de schizophrènes écrivants comme vous! Briga, sans doute pris dans la force de son délire, affirme sans sourciller que Guillaume Soro a détruit l’Etat démocratique incarné par Bédié et Gbagbo. Aussi, écrit-il: « La destruction et l’effondrement de l’Etat démocratique incarné successivement par Bédié et ensuite par Koudou Gbagbo , sont également à attribuer à Soro Kigbafori. » Ainsi, Bédié, de 1993 à 1999, était donc un démocrate! Ô suprême inconsistance! Et pourquoi Gbagbo a t-il boycotté l’élection présidentielle de 1995 aux côtés du RDR dans le cadre du Front Républicain? Et pourquoi revenant d’une visite amicale chez Omar Bongo au Gabon, Gbagbo a t-il qualifié en fin 99, le coup d’Etat du Général Robert Guéi contre le régime Bédié de bon coup d’Etat qui fait avancer la démocratie? On sait bien que la pensée GOR rêve actuellement, en raison des frictions observées dans le RHDP, d’une réconciliation du camp ivoiritaire FPI-PDCI contre le RDR. Mais, comment le GOR Briga croit-il faire oublier à si peu de frais la violence du régime FPI contre le PDCI-RDA et ses militants entre 2000 et 2011? Comment le GOR Briga croit-il gommer la haine viscérale de l’Houphouétisme qui constitue l’ADN du Front Populaire Ivoirien? Comment le GOR Briga peut-il ignorer que diviser entre pro-Affi et pro-Sangaré, le FPI actuel n’est plus que l’ombre de lui-même et n’a cessé de descendre dans ses propres abîmes? Du refus de bien comprendre les autres: la surdité du GOR Briga Systématiquement, Briga ignore ce que ses adversaires peuvent dire, vouloir dire ou faire réellement. En cela, il est la copie conforme de son camp, les Gbagbo Ou Rien (GOR) qui par idolâtrie pour un homme du passé et du passif, sont prêts à sacrifier toute la nation ivoirienne. Du livre de 2005 de Guillaume Soro, Pourquoi je suis devenu un rebelle, il ne retient aucune leçon.Toutes les justifications de la rébellion sont « bidons », nous dit Briga. Comme si ceux qu’on spoliait de leur citoyenneté et de leurs propriétés en Côte d’Ivoire étaient des fantômes. Comme si les victimes en charniers et celles des Escadrons de la Mort, ou les centaines de militants PDCI et RDR massacrés en mars 2004 étaient des fantasmes. Briga, en bon brigand pseudo intellectuel, n’a cure de la souffrance des autres, ni des raisons pour lesquelles ils ont pu risquer leurs vies contre un régime plein de méchanceté envers des millions d’Ivoiriens. Du coup, Briga se prive de la possibilité de comprendre la naissance de l’alliance du RHDP entre les exclus du Gbagboland à Paris, en 2005. Du Discours prononcé le 3 avril 2017 par le Président de l’Assemblée Nationale Guillaume Soro , en écho à celui de mars 2012, qui faisait déjà du Pardon et de la Réconciliation, les Pierres Angulaires de la nouvelle modernité politique ivoirienne, le GOR Briga ne retient rien. La main tendue de GKS à tous les fils et filles de la Côte d’Ivoire, par-delà chapelles politiques, religieuses, ethniques ou idéologiques n’est rien pour Briga. Y compris quand Guillaume Soro, Chef du Législatif, s’adressant explicitement à l’Exécutif et au Judiciaire, demande que soit accélérée la clôture et la résolution consensuelles de la page sombre de l’Histoire ivoirienne de 2010-2011, dans la justice, le pardon et la réconciliation. Et voilà comment Briga critique un E-BOOK qu’il n’a pas lu, se contentant d’en contester imaginairement le contenu! Un vrai GOR, pur jus. Plus ils ne savent rien, plus ils sont arrogants! De la démarche courageuse du citoyen ivoirien Allegne Toussaint pour rejoindre la République et participer à la consolidation de la démocratie en Côte d’Ivoire, le sieur GOR Briga ne retient que la logique du ventre qui le gouverne lui-même. Ainsi, Franklin Nyamsi aurait été mandaté par Soro pour acheter et retourner tous les pro-Gbagbo en pro-Soro, afin de préparer l’échéance de 2020 pour son Patron Soro. Et notre Briga d’imaginer cupidement les liasses épaisses que j’aurais tendues à mon Frère Allegne Toussaint pour le convaincre que sa place est dans son pays et non dans l’exil stérile; des promesses mirifiques que j’aurais agitées devant Allegne Toussaint pour le convaincre qu’il peut être utile en renouant le fil du dialogue avec les autorités légales et légitimes de Côte d’Ivoire et non en suspendant à la cause idolâtrique d’un seul homme l’avenir d’une nation entière. Quelle insulte à l’intelligence du plus grand et courageux porte-parole que Laurent Gbagbo ait jamais eu! Quelle insulte à ma forte volonté d’aider sincèrement ma terre adoptive ivoirienne à s’enraciner dans la paix, la justice, la démocratie et la prospérité vraies! De l’effort de Guillaume Soro d’appuyer en mécène éclairé les arts et cultures de Côte d’Ivoire et d’Afrique, le GOR Briga ne voit que la volonté de récupération politique. Or l’action de Guillaume Soro pour soutenir l’initiative de la FERDIF ( Fédération des Ressortissants d’Issia en France) lors de la soirée AYO PARIS 2017 n’est même pas le millième des sacrifices consentis chaque année pour le monde de la culture par Guillaume Soro! Que dirait alors le GOR Briga de l’oeuvre remarquable de charité de l’ONG LA VIE, pour les malades ivoiriens de toutes origines, depuis plusieurs années? Se permettre d’atteindre l’honneur de Madame Célestine Olibe Tazéré, au motif qu’elle affirmait célèbre l’affection évidente qui lie Guillaume Soro au pays Bété, n’est-ce pas oublier que Gbagbo et tous les siens sont aujourd’hui vivants grâce à la bienveillance du même Guillaume Soro et du Chef de l’Etat Alassane Ouattara? N’est-ce pas oublier que Gbagbo n’eut pas la même magnanimité pour le malheureux général Guéi qu’il fit froidement assassiner après l’avoir brutalement extrait d’une Maison de Dieu, la Cathédrale d’Abidjan en septembre 2002? La vérité est pourtant plus simple que cela: Guillaume Soro aime et soutient, par-delà les différences ethniques, religieuses ou politiques, l’art et les artistes de Côte d’Ivoire et d’Afrique. Et ceux-ci en retour, le lui rendent bien".

 

 

Commentaires