Politique

Sénégal: couacs au début de l’audience avant le verdict du procès Khalifa Sall

Sénégal: couacs au début de l’audience avant le verdict du procès Khalifa Sall

Au Sénégal, jour J à Dakar pour le verdict attendu dans l’affaire Khalifa Sall. Il sera normalement rendu ce vendredi si la grève lancée par les greffiers ne vient pas perturber l'audience. Le maire de Dakar, en prison depuis plus d'un an, est notamment soupçonné de détournements de deniers publics à hauteur d'1,8 milliard de francs CFA. Le procureur de la République a requis sept ans d'emprisonnement, la peine minimale en cas de condamnation pour ces faits est de cinq ans. Les avocats du maire ont plaidé la relaxe de leur client. Et les deux camps se disent sereins à quelques heures de ce verdict. Mais cette audience très attendue a bien du mal à démarrer.  

 

 

Tout semblait pourtant prêt. La salle comble avec près de 1 000 personnes et beaucoup de sécurité : notamment les forces d’élite et les gendarmes avec des boucliers pour protéger le tribunal. Une situation qui a d’ailleurs énervé les avocats de la défense.

 

A 9 heures 20, le juge Lamotte a ouvert l’audience. Premier problème : les prévenus n’étaient pas encore au tribunal ce qui a occasionné une première suspension. Quinze minutes plus tard, Khalifa Sall, ovationné par ses sympathisants et les coprévenus arrivent. Reprise de l’audience. Comme le veut la règle, le juge Lamotte appelle les accusés à la barre. Nouveau problème, il en manque deux.

 

Les deux comptables de l’Etat qui travaillaient à la mairie de Dakar, Omar Bocoum et Ibrahima Touré, qui comparaissent libres, ne sont pas là. C’est leur droit. Mais le juge Lamotte a estimé qu’ils devaient assister à la lecture du délibéré, à l’annonce du verdict. « Merci de les faire venir rapidement au tribunal », a déclaré le président avant donc de suspendre à nouveau l’audience.

Commentaires