Politique

Salva Kiir : "Je n'ai rien à craindre"

Salva Kiir :

Le président du Sud-Soudan dit qu'il n'a rien à craindre s'il était accusé de crimes contre l'humanité pour les atrocités présumées commises par ses troupes pendant la guerre civile dans le pays.

S'adressant à une chaîne de télévision kenyane, Salva Kiir a déclaré qu'il n'avait rien fait de mal, malgré les accusations de l'ONU selon lesquelles ses fonctionnaires pourraient être responsables du massacre et du viol des civils et du recrutement d'enfants soldats.

Salva Kiir a insisté sur le fait qu'il n'était impliqué dans aucune atrocité avant de déclarer que les accusations portées contre lui étaient "le fait de forces extérieures qui avaient un programme contre son gouvernement".

Le président du Sud-Soudan a indiqué que s'il devait faire face à des accusations devant la Cour pénale internationale, il se rendrait à La Haye et reviendra ensuite en homme libre.

Il a ajouté qu'il n'y avait aucune preuve que ses soldats avaient commis des crimes. Et même si c'était le cas, dit-il, cela aurait été le fait d'individus isolés.

Le Président Kiir a également déclaré qu'il accueillerait favorablement le retour dans la capitale, Djouba, de son rival et récemment réélu vice-président Riek Machar, lui assurant ainsi sa sécurité.

Riek Machar est en exil depuis 2016 et, malgré un accord de paix, le vice-président du Sud-Soudan dit qu'il ne reviendra que si l'état d'urgence était levé et si les mouvements d'opposition sont autorisés à exercer librement.

Commentaires