Politique

Riek Machar refuse de signer l’accord de paix

Riek Machar refuse de signer l’accord de paix

Le chef rebelle sud-soudanais, Riek Machar, a refusé de signer le dernier projet d'accord de paix visant à mettre fin à cinq années de guerre civile.  

 

Une décision qui replonge le pays dans une nouvelle période d'attente et d'incertitude.

 

Le médiateur des pourparlers de paix, le ministre soudanais des Affaires étrangères, Al Dirdiry Mohamed, a déclaré que Riek Machar et un autre petit groupe rebelle avaient refusé de signer l'accord.

 

Les groupes rebelles émettent des réserves notamment sur la composition du gouvernement de transition proposé dans le projet d'accord, le nombre d'Etats qui composeraient le pays et la formulation de la nouvelle Constitution.

Le président Salva Kiir et son ancien vice-président, Riek Machar, ont signé un cessez-le-feu en juin et un accord de partage du pouvoir le mois dernier mais l'accord final est toujours en cours de négociation.

 

"Sans signature des groupes rebelles pas d'accord de paix" a indiqué Al Dirdiry Mohamed, le patron de la diplomatie soudanaise.

 

Le refus des groupes rebelles de signer le document apparaît comme un sérieux revers aux efforts de l'IGAD, l'Organisation des Etats d'Afrique de l'Est œuvrant depuis de longs mois à réactiver le processus de paix au Soudan du Sud.

 

La guerre civile au Soudan du Sud a éclaté deux ans après l'indépendance du pays en 2013.

 

Le conflit entre frères ennemis a fait des dizaines de milliers de morts, près de quatre millions de déplacés et provoqué une crise humanitaire majeure dans le plus jeune Etat d'Afrique.

 

Commentaires