Politique

RDR/ Divorce consommé entre la base et les responsables du parti

RDR/ Divorce consommé entre la base et les responsables du parti

Voilà maintenant 7 ans que le Rassemblement des républicains (RDR) est aux affaires, 7 ans que le parti fondé par feu Djéni Kobina exerce le pouvoir d’Etat. Après 17 années passées dans l’opposition, les militants espéraient voir les choses changer radicalement au RDR mais il n’en est rien ou du moins pas dans le sens souhaité. Et depuis, une fracture s’est formée entre la base et les responsables du parti.

Dans sa parution de ce mercredi 19 avril, Le patriote, quotidien proche de l’actuel régime résume en 5 points les raisons d’un divorce désormais consommé entre les militants et les dirigeants du RDR. Des raisons qui tiennent pour l’essentiel en des choix “stratégiques’’ qui ont fini par exacerber des dissensions latentes.

« Dès l’accession au pouvoir d’Etat, la haute direction du RDR s’est coupée de sa base » explique Le patriote. « Les hommes et femmes de terrain qui constituaient le fer de lance » du parti ont été appelé à servir le pays, le challenge à relever étant grand. Du coup, le parti s’est vu bouleversé dans son organisation et donc dans son fonctionnement. Les militants, qui n’arrivent plus à approcher ces cadres devenus “intouchables’’ et “invisibles’’ du fait de leurs nouvelles responsabilités se sentent donc orphelins.

S’y ajoute, une promotion sélective de cadres du parti, une promotion basée sur l’appartenance à des régions considérées comme bastions du RDR. C’est du moins ce qui ressort des lignes de Le patriote : « (...) Il n’y a aucune politique de promotion des cadres et responsables de certaines régions où le RDR est moins présent, en vue de permettre au parti d’étendre sa toile au-delà de ses bastions naturels ».

La colère des militants du parti au pouvoir viendrait également, toujours selon nos confrères, du fait qu’ils se sentent lésés comparativement à d’autres, eux aussi membres de l’alliance Houphouëtiste, le RHDP. « (...) la plupart des militants du RDR et certains partis politiques estiment que la part belle est largement faite aux alliés, notamment au PDCI-RDA » relate Le patriote, avant d’ajouter que le contentement de l’allié ne doit pas se faire au détriment de ses propres intérêts « Car dans tous les cas, l’allié d’aujourd’hui peut se révéler l’adversaire voire l’ennemi de demain ».

La base du RDR qui craint, en cas de perte du pouvoir d’Etat, devoir reprendre le même combat que celui déjà mené au prix de plusieurs vies pendant presque vingt ans, ne se reconnaît plus en ses dirigeants. De plus en plus de voix s’élèvent pour le dénoncer et interpeller. Pourvu que les responsables du parti ne restent pas sourds à ces appels. Sinon, il est à craindre que l’exemple du FPI ne fasse école.

 

 

Commentaires