Politique

Procès Diendéré: reprise des audiences

Procès Diendéré: reprise des audiences

Reprise ce lundi 16 juillet de l'interrogatoire des accusés du coup d'Etat de septembre 2015 après une pause le week-end. Deux semaines après l'entame du fond du dossier, le tribunal cherche toujours à rétablir la chronologie des faits et à situer les responsabilités de tous les acteurs du coup d'Etat manqué contre la transition qui avait fait 14 morts. On sait déjà que c'est un groupe de sous-officiers de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle qui a procédé l'arrestation et la séquestration des membres du gouvernement de la transition.

Selon les premiers interrogatoires, c'est l'adjudant-chef major Eloi Badiel qui était  à la tête de ce groupe de sous-officiers qui avait procédé l'arrestation du président Michel Kafando et du Premier ministre Yacouba Isaac Zida.

Alors que l'adjudant-chef major Eloi Badiel désigne le général Gilbert Dienderé comme étant l'instigateur du coup d'Etat, le sergent-chef Roger Koussoubé conteste cette version. Il assure que le groupe de sous-officiers ayant perpétré le coup aurait agi pour le compte du général Djibrill Bassolé, l'ex-ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso. Les avocats respectifs des deux généraux  ont relevé des contradictions dans les différentes versions.

Difficile pour le moment de situer les responsabilités sur les tueries au cours de la résistance des populations contre le coup d'Etat. Les premiers accusés passés à la barre ont nié avoir fait usage de leurs armes à feu au cours des missions de maintien d'ordre.

Il reste environ 70 personnes dans le box des accusés à interroger. Et c'est le sergent-chef Ali Sanou, déjà condamné pour l'attaque d'un dépôt d'armes en 2016, qui est attendu à la barre ce lundi

Commentaires