Politique

Procès des disparus du Novotel : Des révélations sur le l’absence de Billon à la barre des témoins

Procès des disparus du Novotel : Des révélations sur le l’absence de Billon à la barre des témoins

L’absence de l’ex-ministre ivoirien du Commerce Jean Louis Billon, au procès des disparus du Novotel, a été remarquée. Pourtant appelé à la barre, le patron du colosse agro-alimentaire SIFCA, ne s’est pas présenté au procès sur les assassinats de trois de ses collaborateurs (Chelliah Pandian, Raoul Adeossi et Yves Lambelin) en 2011, en pleine crise poste électorale. Selon certains observateurs politiques ivoiriens, cette absence cache beaucoup de petites choses.

Selon des proches de Jean Louis Billon, celui-ci n’est pas venu au procès des disparus du Novotel, parce qu’il serait officiellement hors des frontières ivoiriennes. Le procureur de la cour d’assises, Mourlaye Sissoko, a déclaré que le procès ne saurait attendre le retour de M. Billon.

Seulement voilà, cette décision laisse les avocats de la défense sur leur faim. Car selon l’un d’eux, Lambelin aurait pour héritier un certain Alassane Doumbia l’enfant d’un de ses jardiniers, d’origine burkinabé. Lui et Alassane Doumbia seraient des amants. En outre, Lambelin et la famille Billon ne s’entendraient pas bien, seraient même à couteaux tirés. Celui-ci  aurait payé les impôts de SIFCA sur l’année fiscale 2010 au pouvoir Gbagbo, alors que la «République du Golf» était déjà en place.

Des révélations qui forcent la réflexion. Et selon les observateurs du procès des disparus du Novotel, le témoignage de Jean Louis Billon éclaircira les choses. Car il serait décisif. Pour rappel, les plaidoiries de ce procès ont débutées ce mercredi par les parties civiles.

Commentaires