Politique

Procès des 83 pro-Gbagbo: Le groupe de Travail sur les initiatives de transition (GTIT) se prononce

Procès des 83 pro-Gbagbo: Le groupe de Travail sur les initiatives de transition (GTIT) se prononce

Le groupe de Travail sur les initiatives de transition (GTIT) de Côte d’Ivoire, composé des ONGs LIDHO, OIDH, MIDH a organisé une conférence de presse, vendredi 05 juin 2015, dans laquelle il a dénoncé le verdict du procès de Simone Gbagbo et des 82 co-accusés pro-Gbagbo. 

Selon le rapport du groupe de travail, l’intérêt certain suscité par le procès a cédé sa place à une amère déception.  

« Pour bon nombre d’observateurs assidus au procès, les preuves présentées par le Parquet Général n’étaient pas suffisantes pour permettre à la Cour de se forger objectivement une intime conviction de culpabilité. Et, de l’avis général, les peines rendues étaient trop sévères pour certains accusés. » 

Après la présentation du rapport, les conférenciers ont répondu aux préoccupations des journalistes.

A ce propos, le président de l’OIDH a affirmé que c’est une très bonne chose qu’on soit parvenu à ce procès car après environ quatre ans d’instruction, il était important de savoir qui a fait quoi. « C’est un signal fort pour dire que la justice ivoirienne peut juger les plus hautes personnalités de l’ex-régime », a-t-il affirmé avant d’ajouter que ce procès a été bâclé dans son déroulement car les preuves présentées par le parquet Général n’étaient pas suffisantes.

En effet, le rapport souligne les indices d'une instruction bâclée et non approfondie, une absence de preuves matérielles, un verdict trop sévère, une inadéquation entre les peines prononcées et les preuves sur les éléments constitutifs. 

« On n’a jamais dit qu’il fait libérer Madame Gbagbo ou la condamner. D’ailleurs ce n’est pas à nous de dire que la justice ivoirienne est mauvaise ou pas. Nous disons qu’elle peut faire mieux car c’est elle qui doit faire son image, pas nous », a précisé le président de l’OIDH.

Cette observation effectuée par le groupe de  Travail sur les initiatives de transition (GTIT) de Côte d’Ivoire visait à suivre le procès des 83 co-accusés pro-Gbagbo pour s’assurer du respect des droits de toutes les parties, en conformité avec les normes tant nationales qu’internationales en matière de procès équitable et à observer le fonctionnement en termes de la pratique judiciaire et d’indépendance de la justice. 
Ce rapport du GTIT Côte d'Ivoire servira de plaidoyer auprès des autorités ivoiriennes.

Dans les semaines à venir, nous vous publierons ce rapport dans sa version finale. 

B.L. 


 

Commentaires