Politique

Présidentielle 2020/ Stéphane Kipré affûte ses armes

Présidentielle 2020/  Stéphane Kipré affûte ses armes

Par-dessus le conflit de leadership qui déchire le Front populaire ivoirien (FPI), une autre tendance veut se faire une place au sein des pro-Gbagbo. Blé Goudé Charles, le successeur naturel de Gbagbo détenu également à La Haye, Stéphane Kipré, président de l’Union des nouvelles générations (UNG), par ailleurs, gendre de l’ex-président ivoirien, se prépare pour cette conquête du fauteuil présidentiel en 2020.

Telle une trainée de poudre, la nouvelle s’est répandue dans la galaxie des partisans de Laurent Gbagbo. Et ce, avec l’annonce de la participation du parti de Gbagbo à la présidentielle 2020 faite par Aboudrahamane Sangaré, chef de file de cette tendance. Dans ce flou artistique autour du cheval du FPI pour la présidentielle, certains croient au choix du fortuné gendre de Gbagbo tandis que pour d’autres, il en a pas l’étoffe. « Qui est Stéphane Kipré ? Quelle belle histoire a-t-il avec la Côte d’Ivoire pour qu’on le choisisse après 10 années de lutte afin qu’il soit le candidat des pro-Gbagbo ? », demande une source bien introduite dont nous tairons le nom.

Pour sa part, Stéphane Kipré ne ménage aucun effort pour implanter sa formation politique à travers le monde. Pour asseoir sa vision politique, Stéphane Kipré, patron du journal ‘‘Le Quotidien d’Abidjan’’ a ajouté un autre instrument de communication dans sa besace. Il a racheté la société Avenir Médias du journaliste Franco-Ivoiro-Camerounais Théophile Kouamouo, éditrice du quotidien le ‘‘Nouveau Courrier’’ à hauteur de 18 millions de Frs Cfa. Mieux, le ‘‘Nouveau Courrier’’ surendetté durant plusieurs années, s’est vu injecter 50 millions de Frs Cfa depuis fin janvier 2017. Un investissement que le gendre de Gbagbo saura utiliser à bon escient au moment opportun.

 

 

 

 

 

 

Du pain sur le plancher

La fortune qui lui est attribuée à tort ou à raison ne suffira pas pour faire du gendre de Gbagbo le candidat du FPI en 2020. Outre le Congrès panafricain pour la Justice et l’égalité des Peuples (Cojep) de Charles Blé Goudé, et le FPI d’Aboudrahamane Sangaré, il aura besoin de l’onction de l’autre Madame Gbagbo, Nadiana Bamba. La grande influence de cette détentrice du Groupe de presse Cyclone, éditrice de ‘‘Le Temps’’ et ‘‘LG Info’’ sur l’aie radicale du parti ne fait l’ombre d’aucun doute. D’autres figures de proue telles que Damana Adia Pikass et Koné Katinan, tous deux en exil au Ghana, parlent le même langage qu’elle. Il n’est point erroné de dire que Stéphane Kipré a du pain sur le plancher.

 

 

Commentaires