Politique

Présidentielle 2015: la Cei promet un scrutin apaisé

Présidentielle 2015: la Cei promet un scrutin apaisé

Le Commission électorale indépendante (Cei) a affirmé, mercredi, sur Onuci-fm, que les prochaines élections seront transparentes.

Après l’élection du bureau central de la Commission électorale indépendante (Cei) le 5 septembre, l’institution dirigée par Youssouf Bakayoko est à pied d’œuvre pour réussir sa principale mission. A savoir, la tenue des différents scrutins. Mais surtout sans heurts. Le premier vice-président de la Cei, Koné Sourou s’est prononcé hier, sur les ondes de la radio de la paix, la radio onusienne. Dressant le point de sa récente conférence de presse qui a eu pour thème « Elections et sécurité en Côte d’Ivoire », il a rassuré sur la tenue d’élections paisibles en Côte d’Ivoire. Le but de cette initiative est de prévenir une autre crise après la présidentielle, comme celle qu’on a connue en 2010 et qui a causé plus de 3000 morts. 

Ayant en mémoire cette tragédie, les responsables de la commission électorale ont décidé de jouer pleinement leur rôle et prendre toutes les précautions pour assurer sa réussite. « La Commission électorale indépendante prend des dispositions pour sécuriser les élections en Côte d’Ivoire. Que les Ivoiriens fassent confiance à la Cei pour que les élections soient apaisées. A la Cei, nous prenons toutes les dispositions. Nous allons sensibiliser. Que les Ivoiriens restent sereins. Nous travaillons pour des élections transparentes », a rassuré Koné Sourou. Perçue comme la cheville ouvrière de l’organisation des élections en Côte d’Ivoire, la Cei compte cependant sur l’appui de l’Etat pour l’accompagner à garantir la tenue d’élection sans violence. Pour cela, son vice président a indiqué que l’Etat doit mettre à leur disposition des moyens adéquats. « L’Etat doit mettre à notre disposition des hommes pour le sécurisation des élections », a-t-il confié. A l’en croire, malgré l’immense tâche qui les attend, les animateurs de la Cei vont œuvrer à tenir le délai qui leur est imparti. Aussi, a-t-il fait savoir que l’organisation d’élections inclusives étant l’une des préoccupations majeures de la Commission, toutes les structures et les formations politiques qui ont eu droit à une place au sein de la Commission et qui jusque là tergiversent, doivent occuper leur place. « Nous pensons que ces personnes viendront prendre leur place », a dit Koné Sourou. Pour la réalisation des différentes activités de la Commission, son premier vice-président a révélé que toutes les ressources qui seront mises à leur disposition seront les bienvenues.

Moussafa Cissé

Commentaires