Politique

Politique- Après le rejet de la candidature de Gbagbo, Hubert Oulaye renchérit: “Nous ferons appel”

Politique- Après le rejet de la candidature de Gbagbo, Hubert Oulaye renchérit: “Nous ferons appel”

La justice ivoirienne a statué sur le problème de la candidature de Laurent Gbagbo au poste de président du FPI suite à la plainte déposée par son principal adversaire, Affi N'Guessan Pascal. La décision a fait droit au réquérant, brisant ainsi le rêve de plusieurs de reveoir leur chef, Laurent Gbagbo, à la tête du parti et conduisant inexorablement Affi sur le fauteuil de la présidence. Mais Hubert Oulaye et les militants ont décidé d'interagir, la guerre est déclarée au FPI.

"Nous avons appris ce matin la décision de justice qui a été rendue. Evidemment c’est une décision qui n’est pas conforme ni à nos textes dans leur lettre et dans leur esprit. Nous ne sommes pas d’accord. Nous nous élevons contre cette intrusion du pouvoir judiciaire dans le fonctionnement du parti. Nous ferons appel." a indiqué le président du comité de Contrôle du FPI (Front Populaire Ivoirien).

Il a ajouté également ceci:

"Je serai plus explicite à l’occasion de la conférence de presse que je donnerai bientôt. Nous avons ouvert les candidatures et selon le comité de contrôle, les deux candidatures pouvaient être retenues. Une proposition de candidature n’est pas faite pas le candidat. C’est illogique. Il ne peut donc pas y avoir une demande de candidature de celui qui est proposé. Le juge devrait aller dans ce sens-là. C’est dans ce sens que le comité de contrôle à tranché. Le dossier était complet, il remplissait les conditions. Nous pensons que nous sommes dans les textes."

L'homme a terminé pour dire : "Je demande aux militants de rester sereins et tranquilles. Notre décision est conforme à nos textes. La décision prise ce matin est beaucoup plus une décision politique qu’une décision d’analyse objective des textes ". 

Pendant que Affi N'Guessan a déjà commencé à jubiler et célébrer sa victoire à la tête de l'institution, le combat continue par les militants qui veulent coûte que coûte installer leur président, même si ce dernier est à mille lieux loin d'eux quelque part dans une cellule de la prison de la Haye. 

Commentaires