Politique

PDCI : Banny, KKB, Essy Amara ne sont plus suspendus

PDCI : Banny, KKB, Essy Amara ne sont plus suspendus

Maurice Kakou Guikahué était à Paris où il a longuement échangé sur le PDCI. Le secrétaire exécutif de ce parti, de retour sur les bords de la lagune Ebrié, a annoncé la levée de la suspension de certains cadres.

Le PDCI avait connu une vague de « rébellion » menée par des personnalités du parti, et non des moindres. A la suite de l’appel de Daoukro lancé le 17 septembre 2014, des voix s’étaient élevées pour dénoncer l’attitude du PDCI à ne pas présenter de candidat à l’élection présidentielle de 2010. Parmi les « irréductibles » figuraient Kouadio Konan Bertin (KKB), Essy Amara, Charles Konan Banny et bien d’autres. Tout ceci a conduit plus tard à la suspension de ces derniers.

Mais aujourd’hui, cet épisode semble bien loin. En effet, Maurice Kakou Guikahué, au lendemain de sa séance de travail avec Henri Konan Bédié a indiqué que « tous ceux qui avaient été sanctionnés ne sont plus sous le coup de ces sanctions ». Il l’a confié au cours d’une interview accordée à nos confrères d’Africanewsquick.net. A en croire le secrétaire exécutif, « leur suspension » a été levée. Ces personnalités sont des militants du PDCI, précise-t-il. Cette levée de sanction s’est effectuée en deux étapes, comme l’a signifié Maurice Kakou Guikahué. Nous l’avons fait en deux temps. « D’abord pour les personnes sanctionnées qui ont gagné les législatives. Nous avons reconnu qu’elles ont eu raison. Donc le président a levé systématiquement leur sanction. Elles ont été rétablies dans leurs anciennes fonctions. Pour les autres, le président vient de lever la suspension », s’est-il exprimé. Ainsi, depuis le 6 juin 2017, aucun membre du PDCI « n’est sous le coup d’une sanction ».

Il ne faudrait pas voir en cette mesure un signe de faiblesse du président Henri Konan Bédié. Bien au contraire, selon Guikahué, « le président Bédié est dans une logique de rassemblement et du pardon de l’offense. Il a cette capacité de se transcender. Il prend cette décision pour que tout le monde revienne à la maison ». Néanmoins, toute sanction prononcée par le Conseil de discipline demeure en vigueur, a clarifié le secrétaire exécutif.

Commentaires