Politique

Parti unifié/ Le RDR cherche un troisième mandat ?

Parti unifié/ Le RDR cherche un troisième mandat ?

Aux premières heures  du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), il était convenu qu’à terme les partis politiques constituant le groupement fusionnent en un super parti. Depuis, cette vision s’est estompée, au gré des ambitions et enjeux politiques. Mais depuis la récente sortie d’Henri Konan Bédié, le Rassemblement des républicains (RDR) en fait une mission de la plus haute importance.

 

 

Créé en mai 2005, le RHDP a toujours fonctionné sur la base de consensus, d’arrangements, d’accords et d’appels. Le dernier en date, celui de Daoukro (2014), a maintenu à la magistrature suprême (pour un deuxième mandat) le candidat du RDR et accessoirement du RHDP. Jusque-là, la question du parti unifié n’était pas une priorité, même que la simple alternance RDR-PDCI supposée par l’appel de Daoukro a été remise en cause par des cadres non négligeables du parti au pouvoir.

Désormais, alors qu’au PDCI on commence de plus en plus à s’affranchir de la bannière commune trop souvent brandie (de manière intéressée), au RDR, on se souvient soudain qu’un parti unifié doit voir le jour. Avec un délai bien défini, de 5 mois.

Pourquoi ce regain soudain d’intérêt pour le parti unifié ? Les récents propos du président du PDCI Henri Konan Bédié, relativement au candidat RHDP de la présidentielle de 2020 qui doit être issu des rangs du vieux parti ont-ils semblés plus sérieux que les précédents appels au respect de l’alternance ? Au parti à la case, craint-on de ne pouvoir se faire réélire autrement ?

Des questions auxquelles répondre relèverait sûrement de la spéculation, n’en demeure pas moins qu’elles méritent d’être posées.

 

 

Commentaires