Politique

Mutinerie : « Nous ne sommes pas venus faire un coup d’Etat…nous voulons notre argent », mutins

Mutinerie : « Nous ne sommes pas venus faire un coup d’Etat…nous voulons notre argent », mutins

Depuis le vendredi 12 mai dernier, une mutinerie a éclaté à Bouaké et s’est ensuite étendue dans toute la Côte d’Ivoire. Ce lundi 15 mai, à Abidjan, c’était ville morte. Les mutins avaient envahirent tous les carrefours de la capitale économique ivoirienne. A l’aide de tirs sporadiques, ces soldats réclament la suite de leurs primes. Selon l’un d’entre eux, leur intention n’est pas de faire un coup d’Etat, ils veulent leur argent, un point c’est tout.

Ce lundi 15 mai, en Côte d’Ivoire c’était la psychose. A Abidjan personne n’a pu vaquer à son occupation. Les mutions avaient le pied sur la ville. Même décors dans la majorité des grandes villes de Côte d’ Ivoire. Une situation qui laisse les populations terrées chez eux et anxieuses.

Quant aux mutins, ils ne comptent pas lâcher prise. Pour eux c’est leur argent ou rien. « Nous avons rien contre la population. Nous avions signé une convention avec l’autorité. Nous voulons notre argent. Quand l’artiste chante il se fait entendre, pour nous les hommes en armes on se fait entendre avec nos armes », a déclaré l’un des mutins.

« On n’est pas venu faire un coup d’Etat. Nous voulons notre argent. Il nous a promis 12 millions chacun, on a fait la guerre on veut notre argent. Nous avons perdu des amis chers alors, leurs femmes et enfants nous regardent. Nous somme 8400 et nous réclamons notre argent », a rajouté un autre mutin.

Commentaires