Politique

Mise en examen de Bolloré : la fin de “Vincent Tout-Puissant” ?

Mise en examen de Bolloré : la fin de “Vincent Tout-Puissant” ?

Le milliardaire français Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi 25 avril pour “corruption” dans une enquête sur l’attribution de concessions portuaires en Guinée et au Togo. Mais pour la presse ouest-africaine, les chefs d’État concernés doivent aussi rendre des comptes, rapporte RFI dans sa Revue de presse Afrique.

 

“Après deux jours d’audition, l’homme d’affaires Vincent Bolloré a été mis en examen pour corruptionpointe le site d’information Guinée NewsLe Breton et ami personnel du président guinéen Alpha Condé a été présenté hier aux juges d’instruction chargés de l’enquête sur l’obtention de concessions portuaires en Guinée et au Togo.”

“Les juges Buresi et Tournaire, connus pour avoir instruit l’affaire du présumé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, ont donc conclu à l’existence ‘d’éléments et indices’ graves laissant penser que le groupe Bolloré avait recouru à des méthodes ‘illégales’ pour décrocher des concessions portuaires en Guinée et au Togo.”

 

“Pour les juges d’instruction, le président Alpha Condé, alors candidat à l’élection présidentielle en 2010, a bien bénéficié des services sous-facturés de l’agence de communication Havas, une filiale du groupe Bolloré.”

Quid des “présumés corrompus” ?

“En clairs’interroge La Nouvelle Tribune à Cotonou, Vincent Bolloré a-t-il corrompu ses amis pour avoir les concessions des ports de Conakry et de Cotonou ? Les juges français semblent penser que oui.”

“En attendant d’en savoir un peu plus sur les indices qui accablent le patron du groupe Bolloré, ce dont on peut déjà se convaincre et qui n’a certainement pas échappé aux enquêteurs, pointe le quotidien béninois, c’est la coïncidence de deux contrats portuaires avec le soutien apporté par Havas, société de communication du groupe Bolloré, aux campagnes victorieuses des présidents guinéens et togolais en 2010.”

Et désormais, poursuit La Nouvelle Tribune“la justice doit lorgner vers les présumés corrompus. Ceux qui, en Guinée, multiplient les déclarations pour défendre le contrat passé avec le groupe Bolloré en savent certainement beaucoup sur cette affaire. La justice doit donc leur donner l’occasion de venir verser leur part de vérité au dossier pour sauver leur honneur et celui des gouvernements auxquels ils appartiennent”.

En le faisant, ces responsables africains contribueront à la réalisation d’un enjeu plus grand encore, à savoir la lutte pour la moralisation de la vie publique sur le continent.”

En effet, renchérit L’Observateur Paalga au Burkina Faso, “on pourrait s’attendre à ce que les interlocuteurs africains de Bolloré, notamment [les présidents guinéen et togolais] Alpha Condé et Faure Gnassingbé, soient au moins entendus à défaut d’être considérés comme complices”.

“Mais ce n’est pas demain la veille qu’ils le seront, estime le quotidien ouagalais, car en tant que chefs d’État en exercice, tous deux bénéficient de l’immunité, qui les met à l’abri de toute poursuite judiciaire en France dans le cadre de cette affaire. Et on n’ose pas imaginer qu’après leurs mandats respectifs, ils puissent être inquiétés de quelque manière que ce soit.”

En tout cas, pour Le Pays, toujours à Ouagadougou : “Il n’est pas exclu que cette affaire éclabousse d’autres chefs d’État africains quand on sait que le groupe Bolloré est présent dans 35 pays du continent.”

“Le temps révolu d’une certaine Françafrique”

“Une chose est sûrepointe pour sa part Wakat Séraon nage dans le temps révolu d’une certaine Françafrique qui permettait aux puissants groupes économiques de régner en maîtres, grâce à des positions dominantes, et d’écraser des structures locales qui n’ont pas la force économique d’avoir les gouvernants dans leur poche.”

Et le site Wakat Séra de s’interroger : “Que se passera-t-il dans les prochains jours ? Assiste-t-on au début de la fin de ‘Vincent Tout-Puissant’ ? Rien n’est moins sûrcar l’homme et son groupe sont incontournables en Afrique, certains parlent même d’intouchables dans la quarantaine de pays où leurs intérêts sont implantés.”

En Guinée, rapporte le site Africa Guinée“le ministre de la Justice, Cheick Sako, a assuré le mercredi 25 avril que son pays allait ‘collaborer’ avec la justice française”.Africa Guinée annonce aussi que “l’opposition guinéenne souhaite l’ouverture prochaine d’une enquête parlementaire sur cette affaire”.

 

 

courrierinternational.com

 
 
Commentaires