Politique

Les Etats-Unis veulent créer leur armée de l’espace

Les Etats-Unis veulent créer leur armée de l’espace

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi la création de leur « Force de l’espace », qui devra être une composante à part entière de l’armée américaine. Soutenu avec enthousiasme par Donald Trump, ce projet veut répondre à l’évolution technologique qui a fait de l’espace un champ de bataille décisif. Cette « Space Force » qui fonctionnerait donc indépendamment de l’US Air Force et que l’administration voudrait mettre en service d’ici deux ans, ne fait pourtant pas l’unanimité. Rien ne garantit donc que le Congrès, seul habilité à créer une nouvelle branche militaire, validera l’ambition de la Maison Blanche.

A peine la création d’une « Force de l’espace » était-elle rendue publique que les supporters de Donald Trump recevaient un courriel les invitant à choisir leur logo préféré parmi six propositions. Le projet est en effet, aussi, une opération de communication en phase avec le slogan présidentiel, « Rendre sa grandeur à l’Amérique ».

Trump promet toujours plus, l’univers est un terrain de jeu à la démesure de son ambition. Mais si les Etats-Unis veulent dominer l’espace, c’est évidemment, d’abord, pour assurer leur défense. La sécurisation des satellites est désormais un enjeu majeur et la Chine ou la Russie voudraient remettre en cause la suprématie spatiale américaine. « Nos adversaires ont déjà transformé l’espace en domaine de combat », a ainsi noté le vice-président Mike Pence.

Une mise en place pas si simple

Toutefois, le Pentagone est encore plutôt sceptique. Jusqu’à présent, l’US Air Force avait la principale responsabilité du domaine spatial et ajouter une sixième branche à l’armée, avec un nouveau commandement à part entière, est loin d’être anodin.

Des élus notent même tout simplement que cela entraînera d’importants frais administratifs qui pourraient être évités. Avant de partir à la conquête de Mars, la Force de l’Espace va donc d’abord devoir convaincre le Congrès américain.

Commentaires