Politique

Le pouvoir aux jeunes en 2020, Ouattara donne le ton

Le pouvoir aux jeunes en 2020, Ouattara donne le ton

Lors de l'Assemblée générale constitutive du Parti unifié, le 16 juillet dernier, Alassane Ouattara a exprimé sa volonté de transmettre le pouvoir à une nouvelle génération. Le président ivoirien avait déjà donné le ton de cette ambition lors de la formation du nouveau gouvernement. 

Alassane Ouattara a annoncé, le 5 janvier 2017, sa retraite politique définitive après son second mandat en 2020. Mais quelques mois plus tard, le chef de l'Etat a laissé planer des doutes sur l'éventualité de se présenter pour un 3e mandat. Le 6 août prochain, veille de la fête de l'indépendance, est le jour choisi par le président ivoirien pour se prononcer définitivement sur la question.

Cependant, en attendant son adresse à la nation, le président d'honneur du Rassemblement des républicains (RDR), et désormais président du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), lors de l'AGC du Parti unifié, a levé un coin de voile sur cette volonté.

« Le Président Français à 40 ans. Le PM de la Belgique a 38 ans, le PM Autrichien a 31 ans. Les Temps changent... », a-t-il déclaré, avant d'ajouter : « Le Président Bédié et moi devons travailler pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020. »

Ce transfert du pouvoir aux jeunes, le président ADO l'a d'ores et déjà acté lors de la formation du nouveau gouvernement ivoirien. En témoigne la désignation de deux jeunes ministres au porte-parolat du gouvernement.

En effet, Sidi Tiémoko Touré, Ministre de la Communication et des Médias, et Mamadou Touré, Ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, âgé de 42 ans, ont été respectivement nommés Porte-parole et porte-parole adjoint du gouvernement. Loin d'être anodin, le président affiche ainsi sa politique de promotion de la jeunesse.

Toutefois, sa volonté de transmettre le pouvoir à la jeunesse en 2020 est battue en brèche par certains acteurs politiques ivoiriens. « S'il existe un homme politique jeune (??!!) en Côte d'Ivoire que ces propos enchantent, c'est qu'il est digne de la méfiance des Ivoiriens. Parce que cela signifierait qu'Alassane Ouattara vit en lui avec cette conception monarchique du pouvoir qui se transfère comme un héritage. La Côte d'Ivoire est intransférable, parce que la Côte d'Ivoire n'est le patrimoine privé de personne !!! », s'est insurgé Arsène Touho, un responsable au sein de l'Union des nouvelles générations (UNG) de Stéphane Kipré.



afrique-sur7.fr

Commentaires