Le Japon commémore le triste anniversaire du bombardement de Hiroshima

AFP | Politique | Publié le Lundi 06 Aout 2012 à 09:11:21 |
 
Le Japon commémore le triste anniversaire du bombardement de Hiroshima
 

Des milliers de Japonais ont assisté ce lundi à la cérémonie annuelle de commémoration du bombardement de Hiroshima, il y a 67 ans. L'anniversaire intervient alors qu'un mouvement de contestation du nucléaire ne cesse de croître dans le pays.

Des dizaines de milliers de personnes ont commémoré lundi le bombardement atomique sur Hiroshima, il y a 67 ans, sur fond de contestation croissante du nucléaire dans le Japon d'après Fukushima.

Survivants, parents de victimes, membres du gouvernement et invités étrangers ont assisté à la cérémonie annuelle au Mémorial de la Paix, érigé sur le lieu de l'explosion.

A 8H15 (23H15 GMT dimanche), le son d'une cloche a signalé le début d'une minute de silence, à l'heure précise où, le 6 août 1945, le bombardier américain Enola Gay avait largué sa bombe qui avait transformé cette ville de l'ouest du Japon en un enfer nucléaire. 140.000 personnes trouvèrent la mort.

Sur les trottoirs, les passants se sont arrêtés un instant pour s'incliner légèrement et prier les mains jointes, sous une chaleur torride.

Quelque 50.000 personnes ont participé à la cérémonie officielle, et des milliers d'autres aux nombreuses manifestations, concerts ou forums organisés à travers Hiroshima, ville-symbole de l'opposition à l'arme nucléaire.

Une de ces manifestations, qui a regroupé environ 700 personnes, a réuni des survivants d'Hiroshima et des habitants des environs de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi (nord-est) évacués après l'accident nucléaire du 11 mars 2011.

La plupart des survivants de la bombe, connus sous le nom de "hibakusha", s'opposent fermement à tout usage de l'atome. "Nous voulons travailler avec les gens de Fukushima. Joindre nos voix pour que le nucléaire ne fasse plus jamais de victimes", a affirmé un de ces survivants, Toshiyuki Mimaki, 70 ans.

Le Japon est le théâtre d'un mouvement de contestation antinucléaire de plus en plus puissant depuis que le Premier ministre, Yoshihiko Noda, a décidé en juin de redémarrer deux réacteurs atomiques.

M. Noda a justifié cette décision par le risque de pénurie d'électricité. Le Japon, qui avant Fukushima s'était lancé dans une politique de développement du nucléaire pour pallier son manque de ressources énergétiques, a dû se passer de la totalité de ses 50 réacteurs en mai et en juin.

Les 48 autres restent arrêtés, soit à cause d'un séisme, soit en raison de mesures de précaution supplémentaire exigées par les autorités après la catastrophe du 11 mars.

"J'appelle le gouvernement à mettre en place sans délai une politique énergétique qui préserve la sécurité des habitants", a lancé pendant la cérémonie le maire d'Hiroshima, Kazumi Matsui.

Le Premier ministre Noda s'est borné à lui répondre: "nous mettrons en place une politique énergétique mixte, grâce à laquelle les gens pourront se sentir en sécurité sur le moyen et long terme".

Les manifestants antinucléaires sont passés devant le siège de Chugoku Electric Power, une compagnie d'électricité régionale qui possède des centrales nucléaires, en chantant en choeur: "Noda démission, à bas l'énergie nucléaire".

Des manifestations contre l'énergie atomique réunissent chaque semaine des milliers de personnes devant la résidence du Premier ministre à Tokyo. Le mois dernier, un rassemblement géant a même réuni 170.000 participants dans un parc de l'ouest de Tokyo, selon les organisateurs.

Le bombardement d'Hiroshima avait été suivi par celui de Nagasaki, qui avait fait 70.000 morts le 9 août. Ces attaques avaient précipité la capitulation du Japon et la fin de la Deuxième guerre mondiale, le 15 août 1945.

Les commémorations annuelles des bombardements ont acquis une signification particulière depuis l'accident nucléaire de Fukushima Daiichi.

"Je suis déterminé à reconstruire notre ville comme l'a fait Hiroshima", a déclaré aux journalistes Tamotshu Baba, le maire de Namie, un des villages situés dans la zone interdite irradiée autour de Fukushima.

Un an et demi plus tard, beaucoup de réfugiés nucléaires craignent encore de ne jamais pouvoir rentrer chez eux.

Au Brésil aussi, la communauté japonaise qui compte environ 1,8 million de personnes soit un peu moins de 1% de la population du pays, a commémoré l'évènement en faisant flotter sur les eaux de la lagune de Sao Paulo quelque 2.000 lanternes de papier.

Source AFP
 

Commentaires Facebook

 

 
 
Interview / Gilles Touré avoue tout: « Oui, je l’ai fait ». « Je regrette... »

Interview / Gilles Touré avoue tout: « Oui, je l’ai fait ». « Je regrette... »

Dans la mouvance des préparatifs de ses 20 ans de carrière, nous avons rencontré Gilles Roland Touré. Dans ses ateliers où il prépare activement l’événement, le créateur de mode qui n’est plus à présenter au public ivoirien et international, a trouvé un bout de temps pour répondre à nos questions. Des plus professionnels aux plus intimes. Lisez plutôt !

Publié le 20 Octobre 2014 à 15:12:17 People
Côte d'Ivoire- Hamed Bakayoko au FPI:

Côte d'Ivoire- Hamed Bakayoko au FPI: "L'époque a changé!"

Les députés membres de la Commission des affaires générales et institutionnelles (CAGI) ont adopté ce vendredi à l’unanimité, le projet de loi portant modification de la loi n° 2001-634 du 09 octobre 2001 portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la CEI.

Publié le 20 Octobre 2014 à 14:43:31 Politique
  • Le Rdr boycotte Adjoumani, émissaire de Bédié à Tanda
    Politique

    Le Rdr boycotte Adjoumani, émissaire de Bédié à Tanda

    Dans toutes les localités sillonnées, c’était la communion sacrée autour de l’appel de Bédié. Sauf à Tanda, dans sa ville natale où aucun membre du parti au pouvoir n’était présent au lieu de la cérémonie qui se déroulait dans l’enceinte de la mairie de ladite ville, samedi dernier. 

  • Adzopé: Un voleur attaque un domicile et emporte le sac de riz
    Fait Divers

    Adzopé: Un voleur attaque un domicile et emporte le sac de riz

    Un vol insolite s’est produit à Adzopé dans le quartier de Téfaji, ce mercredi 15 octobre.

  • Djéni Kobena: 16 ans que Fama nous a quittés
    Politique

    Djéni Kobena: 16 ans que Fama nous a quittés

    Seize ans après la disparition de Georges Djéni Kobenan Kouamé, sa famille politique, le rassemblement des républicains (RDR), dont il a été l’un des acteurs majeurs à le porter sur les fonts baptismaux, s’est souvenu de lui à l’occasion d’une messe d’action de grâce en sa mémoire à l’Eglise Saint-Jean de Cocody et le dépôt d’une gerbe de fleurs sur sa tombe, en présence de hauts cadres du RDR, de parents, amis et connaissances.

  • Jour J-2: Le doute plane sur les conditions du procès Simone Gbagbo
    Politique

    Jour J-2: Le doute plane sur les conditions du procès Simone Gbagbo

    Mercredi 22 octobre devrait débuter à la Cour d’assises d’Abidjan le procès de 83 personnes dont Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex-chef de l’Etat ivoirien et Pascal Affi Nguessan, le président du FPI, principal parti d’opposition. Tous sont cités à comparaître pour leur rôle présumé dans la crise post-électorale de 2010-2011. Ils doivent répondre d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Mais à 48 heures de l’échéance, beaucoup de questions restent en suspend concernant ce procès.

  • Exclusif / District d’Abidjan : au cœur du scandale de la gestion de Beugré Mambé
    Société

    Exclusif / District d’Abidjan : au cœur du scandale de la gestion de Beugré Mambé

    Crée en 2002 avec pour premier gouverneur Djedji Pierre Amondji, le District d’Abidjan est aujourd’hui en proie à des  difficultés financières dues essentiellement au mode de gestion imprimé par Robert Beugré Mambé. Au district autonome d’Abidjan, il se passe des choses peu religieuses bien que  son premier responsable est Prédicateur de l’évangile. Révélations ! 

  • Japon: deux ministres démissionnent, premier gros revers pour Shinzo Abe
    Politique

    Japon: deux ministres démissionnent, premier gros revers pour Shinzo Abe

    Coup dur pour le Premier ministre japonais: sa ministre de l'Industrie, Yuko Obuchi, ainsi que celle de la Justice, Midori Matsushima, ont démissionné lundi, et il a été obligé de s'excuser publiquement de ses choix.