Politique

Le gouvernement exprime sa ‘’compassion et réconfort’’ aux victimes de la mutinerie

Le gouvernement exprime sa ‘’compassion et réconfort’’ aux victimes de la mutinerie

La ministre de la femme, de la protection de l'enfant et de la solidarité, Mariatou Koné a exprimé, samedi, à Korhogo (plus de 630 km au Nord d’Abidjan) la ‘’compassion et le réconfort’’ du gouvernement ivoirien aux blessés et parents des décédés de la mutinerie qui a secoué le pays du 12 au 15 mai 2017, a constaté un journaliste de APA sur place.

Du Centre hospitalier régional (CHR) de Korhogo aux domiciles des défunts en passant par les autorités administratives et politiques  locales, la ministre Mariatou Koné a exprimé au chevet des victimes, la solidarité du gouvernement.

Les deux blessés (Sergent Yéo Donadéba Justin et le Caporal Digbeu Blé) encore  en hospitalisation  au CHR de Korhogo ainsi qu’un autre blessé (Mamadou Coulibaly, instituteur) en convalescence à domicile, ont reçu chacun une enveloppe de 150 000 FCFA en guise de frais de déplacements (transport) pour les soins et autres contrôles dans les centres de santé.

Le gouvernement a également apporté un appui financier aux ayant-droit des deux personnes décédées que sont Traoré Siaka (19 ans, soudeur) et Soro Nawa Moussa (17 ans, en classe de 3è au lycée Dominique Ouattara). Ainsi pour chaque personne décédée, une enveloppe d’un million de FCFA a été remise par la ministre Mariatou Koné. 

‘’Suite à la dernière mutinerie, sur Korhogo, deux personnes ont perdu la vie malheureusement, des enfants, un élève de 17 ans qui a reçu une balle perdue et un autre de 19 ans qui a reçu une balle dans le dos. Il y a également eu des blessés’’, a expliqué la ministre Mariatou Koné, déplorant cette situation.

‘’Dans le cadre de la solidarité, de la cohésion sociale, de l’indemnisation des victimes, le Président de la République et le Premier ministre nous ont dépêché afin d’apporter la compassion et le réconfort  de l’Etat  aux familles endeuillées mais aussi aux blessés qui reçoivent une prise en charge médicale’’, a-t-elle ajouté.

 Selon la ministre de la femme, de la protection de l'enfant et de la solidarité, ‘’c’est autant de chose qui sont en train d’être faites afin que chacun reçoive le réconfort qu’il faut de la part de l’Etat de Côte d’Ivoire’’.

Poursuivant, elle a lancé un message de paix, de pardon et du vivre ensemble aux populations. ‘’La langue et la dent vivent ensemble et c’est vrai que de temps en temps, la langue est mordue par les dents. Faisons en sorte que la violence ne soit pas notre mode d’expression, qu’on puisse dialoguer, qu’on puisse négocier pour arriver à des solutions qui soient durables’’, a-t-elle conclu.

Commentaires