Politique

Révendication sociale, mutinerie: Le gouvernement est victime du passif non soldé de la crise post électorale de 2010 (Porte parole)

Révendication sociale, mutinerie: Le gouvernement est victime du passif non soldé de la crise post électorale de 2010 (Porte parole)

Se référant aux différentes mutineries et revendications des démobilisés, le gouvernement ivoirien affirme être victime du passif non soldé de la crise post-électorale de 2010, selon le ministre de la poste, de l’économie numérique et de la poste, Koné Bruno, au terme du conseil des ministres, mercredi, au Palais de la république,

"Le gouvernement est  lui même victime du passif non soldé de la crise post électorale de 2010. Une élection censée être une élection de sortie de crise. Nous continuons de payer la sortie de crise de 2010, le fait que les résultats des élections n’ont pas été acceptés par l’un des candidats », a déclaré le ministre Koné Bruno.

Une situation que le Chef de l’Etat, Alasane Ouattara ne rechigne pas à y remédier.  « Nous continuons de payer la sortie de crise de 2010. Le gouvernement fait tous ces efforts pour réconcilier, pour désarmer et réintégrer, avec les moyens de la Côte d’Ivoire,  ceux d’un pays en voie de développement », a-t-il dit.

Déplorant le bilan des affrontements entre les forces des l’ordre et le gouvernement ivoirien, qui s’élève à quatre morts et une vingtaine de blessés dont cinq militaires et policiers, M. Bruno Koné a rassuré sur les efforts entrepris par le gouvernement.   » Le principe général est que le gouvernement reste ouvert et privilégie le dialogue avec tous les partis quelque soit la légitimité des revendications », a-t-il dit.

Il a invité alors les démobilisés à  éviter  des postures qui ne sont pas légitimes . « Si la demande est légitime, que le Chef de l’Etat peut faire face, il le fera. Les demandes faites dans la violence auront du mal à trouver la bonne réponse « , a-t-il soutenu.

Commentaires