Politique

L'Iran, le cauchemar du royaume saoudien

L'Iran, le cauchemar du royaume saoudien

Si le régime des mollahs reste son adversaire numéro un, Riyad ne s'inscrit pas dans un axe israélo-américain. Le royaume défend ses propres intérêts, en particulier dans la péninsule arabique.  

 

À Riyad, on ne cache pas sa satisfaction quand est évoqué le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. « Il est préférable de ne pas avoir d'accord qu'un mauvais accord », se réjouit un analyste saoudien, proche du pouvoir. L'Iran est le cauchemar du royaume, les deux pays se disputant le leadership régional, sur fond de division religieuse historique entre sunnisme et chiisme.

Exporter la révolution

« Regardez une carte, explique un diplomate saoudien. Au nord, les Iraniens sont présents en Syrie où des milices combattent au côté de l'armée d'Assad, au Liban, ils sont au gouvernement en finançant le Hezbollah, en Irak, des troupes sont présentes au prétexte de combattre Daech pour s'assurer une influence durable. Au sud, ils soutiennent la rébellion houthie, qui ne représente que 5% de la population, contre le pouvoir légitime avec qui nous avons des liens étroits ».

Pour Riyad, depuis la révolution islamique lancée par Khomeyni, l'Iran n'est pas un État comme un autre. Son seul but est d'exporter sa révolution en ayant recours à des méthodes terroristes pour déstabiliser ses voisins.

« Qu'a fait l'Iran depuis qu'il a signé l'accord qui lui a permis une levée des sanctions économiques ? A-t-il développé son économie ? Non, il a gagné du temps pour poursuivre ses activités terroristes », souligne l'analyste. « Isoler le régime de Téhéran risque de le pousser encore davantage à une fuite en avant », réplique un expert français. Une position qui est celle de Paris.

« Il faut faire la différence entre le pouvoir, celui des Gardiens de la révolution, et le peuple iranien », nuance-t-on du côté saoudien, pariant qu'une crise économique de l'Iran se transformerait en crise sociale, et pourrait déboucher sur un changement de régime. Cette hypothèse reste pour le moment un vœu pieux. Certes, les déclarations tonitruantes de Donald Trump, qui menace ouvertement de renverser le régime iranien, sont appréciées à Riyad, qui y voit un changement radical de doctrine par rapport à la présidence Obama. « Cette solution a déjà été appliquée dans la région, en Irak et en Guerre au Yémen

Cela veut-il dire que le nouveau pouvoir saoudien s'inscrit dans un axe israélo-américain ? « Avoir des intérêts communs ne fait pas de nous des alliés », rétorque-t-on du côté saoudien, critiquant la décision prise par les États-Unis de délocaliser l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Et l'on rappelle que Riyad défend depuis des années le principe d'une grande conférence régionale où tous les problèmes devraient être mis sur la table, notamment celui du règlement de la question palestinienne.

Par ailleurs, la diplomatie saoudienne répète que le royaume a ses propres intérêts qui ne s'alignent pas systématiquement sur ceux des États-Unis, en particulier sur les problèmes régionaux. Et de citer le cas de la mise en quarantaine du Qatar, considéré comme un allié de l'Iran et un soutien financier du terrorisme.Libye. Nous pouvons en apprécier concrètement les résultats », ironise toutefois un expert français.

Malgré ses critiques initiales à l'égard du royaume gazier, Trump, dans une volte-face qui est devenue sa marque de fabrique, demande aujourd'hui une réconciliation avec ce pays abritant une base américaine qui accueille 10.000 soldats. En vain pour le moment.

Mais c'est surtout le Yémen qui préoccupe l'Arabie saoudite. Elle y mène, à la tête d'une coalition régionale, une guerre contre la rébellion houthie, soutenue par l'Iran qui a toujours démenti. Le conflit a déjà fait plus de 10.000 morts et causé le déplacement de plus de 3 millions de personnes. Critiquée pour ses bombardements intensifs, qui ont fait des « dommages collatéraux » dans la population civile, l'Arabie saoudite reconnaît avoir « perdu la bataille de la communication » dans ce conflit.

Missiles sur Riyad

Depuis, Riyad dit avoir consacré des moyens importants pour fournir de l'aide humanitaire, remettre en état les infrastructures, notamment les routes, et de la fourniture d'eau. Outre une aide économique, Riyad a versé 2 milliards de dollars à la Banque centrale du Yémen, pour soutenir la devise yéménite. Et l'Arabie saoudite accueille plusieurs millions de réfugiés sur son territoire.

Sur le plan politique, elle entend venir à bout militairement de la rébellion houthie pour la forcer à négocier et intégrer un gouvernement d'union nationale. Pour le moment, les rebelles houthis sont loin d'être vaincus. Ils contrôlent la zone nord du pays et la capitale Sanaa. Pire, ils lancent des missiles balistiques sur le royaume. Au début du mois de mai, plusieurs ont même visé Riyad avant d'être interceptés et détruits dans l'espace aérien saoudien. Pour le moment, l'option militaire n'a pas offert de solution à un conflit qui dure maintenant depuis trois ans et qui outre le nombre élevé des victimes a déjà coûté plusieurs milliards de dollars au royaume.

 latribune.fr

Commentaires