Politique

L'Etat gambien mis en cause dans la mort de trois personnes

L'Etat gambien mis en cause dans la mort de trois personnes

Les conclusions d'une enquête indépendante menée pendant deux mois sur la mort de trois manifestants en Gambie accablent le gouvernement, l'Etat et la police gambienne.

La commission d'enquête constituée le 1er juillet 2018 par le président gambien Adama Barrow est présidée par le magistrat Emmanuel Joof.

Elle a remis au chef de l'Etat ses conclusions sur les circonstances de la mort de trois manifestants à Faraba Banta, le 18 juin.

La commission d'enquête fait état du manque d'organisation et de coordination de l'Etat gambien et de son gouvernement, en les tenant responsables de la violence à l'origine de la mort des manifestants.

"Le rapport met en lumière un catalogue d'erreurs. Cela va de questions fondamentales comme le rôle et les responsabilités de certains départements, le manque de consultations entre les principaux acteurs, le manque de confiance et de coordination", a expliqué le ministre gambien de la Justice, Aboubacar Ba Tambadou.

Pour parvenir aux conclusions de son rapport, la commission d'enquête a entendu 85 témoins ayant des liens directs avec les événements du 18 juin.

Des membres d'organisations de la société civile ont également été entendus.

Et pour recouper témoignages, la commission a exploité des enregistrements audio et vidéo diffusés par des chaines de radio et de télévision gambiennes.

Des recommandations ont également été formulées sur la conduite à tenir concernant les personnes mises en cause après l'enquête.

"Je peux vous assurer que les personnes responsables de crimes seront jugées. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Et dans cette catégorie, il n'y a pas que la mort d'homme, il y a aussi les destructions de biens", a précisé le ministre de la Justice.

De violents affrontements ont opposé les populations de Faraba Banta à un détachement de la police gambienne, causant trois morts et plusieurs blessés dont des policiers.

En plus des visites et auditions à Faraba, les enquêteurs se sont aussi rendus à Sanyang et à Gunjur.

Ces deux localités situées sur la côte atlantique gambienne abritent des sites d'extraction de sable, avec des risques de troubles à l'ordre public, comme à Faraba Banta.

Commentaires