Politique

L'Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba

L'Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba

La réouverture ce lundi 16 juillet de l'ambassade d'Erythrée à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, est venue clôturer la visite officielle de trois jours du président érythréen en Ethiopie. Un signe de plus dans la normalisation des relations entre les deux pays, après deux décennies de conflit.

Cela faisait 20 ans que l'ambassade d'Erythrée en Ethiopie était fermée. La cérémonie de réouverture s'est déroulée en présence du chef de l'Etat érythréen Issayas Afewerki et du Premier ministre éthiopien, Abiy Hamed, ce lundi. La liaison aérienne entre les deux pays aura lieu mercredi.

Symbole fort, le drapeau de l'Erythrée a été hissé par le président  érythréen et par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed. Image symbolique aussi celle où le président de l'Erythrée reçoit des mains du Premier ministre éthiopien les clés du bâtiment, situé dans le centre de la capitale éthiopienne.

 

Abiy Ahmed confie les clés de l'ambassade érythréenne en Ethiopie à Issayas Afewerki. © REUTERS/Tiksa Negeri

 

Une image forte qui parachève la visite officielle de trois jours d’Issayas Afewerki en Ethiopie. Trois jours qui ont permis de sceller la réconciliation entre les deux pays après la signature, le 9 juillet, d'une « déclaration conjointe de paix et de coopération ».

« Le temps de la haine est terminé »

Un  concert en l'honneur d’Issayas Afewerki a même été organisé hier à Addis-Abeba. Le chef de l'Etat érythréen a été ovationné comme une rock star par la foule.

 

Le public est venu en nombre au concert donné en l'honneur d’Issayas Afewerki à Addis-Abeba, dimanche 15 juillet 2018. © REUTERS/Tiksa Negeri

 

L'occasion, pour lui, de prononcer quelques mots en amharique, la langue majoritaire dans la capitale éthiopienne. « Le temps de la haine est terminé », a-t-il déclaré, « toute notre attention doit maintenant être consacrée à un développement commun. Nous devons rattraper le temps perdu ».

Concrètement, cela signifie le rétablissement des communications téléphoniques ou encore la reprise, à partir de mercredi, des liaisons aériennes entre les deux Etats.

Mais certains chantiers, bien plus complexes, restent pour l'instant en suspens. Ensemble, le Premier éthiopien et le président érythréen devaient notamment évoquer : le retrait des troupes éthiopiennes des territoires occupés, et sur la question, cruciale pour l'Ethiopie, de l'utilisation des ports érythréens.

Commentaires